Partager

Près de 300 policiers de République démocratique du Congo (RDC) sont arrivés vendredi matin dans Goma (est) pour sécuriser la ville en prévision d’un retrait, encore peu visible mais censé être imminent, des rebelles du M23, selon une journaliste de l’AFP présente sur place et l’ONU. Au total, plus de 450 doivent être déployés. La mission de ces policiers « est de sécuriser la ville de Goma après le retrait des rebelles du M23, » a déclaré à l’AFP un porte-parole de la mission de l’ONU en RDC (Monusco), Manodje Mounoubai. L’armée régulière de RDC, les FARDC, prépare elle aussi son retour, à partir de samedi. A l’aéroport de Goma sont aussi attendus, à une date encore non précisée, une centaine de soldats tanzaniens, envoyés dans le cadre d’une médiation des pays des Grands Lacs chargée de trouver une issue à la crise qui secoue l’est de la RDC depuis maintenant huit mois. Les rebelles, des mutins qui combattent l’armée régulière de RDC dans le Nord-Kivu depuis avril, et qui disposeraient d’environ 1.500 hommes, ont pris Goma le 20 novembre. Cette semaine, aux termes d’une médiation des pays des Grands Lacs, ils ont accepté de se retirer de la ville, et d’autres positions prises dans la foulée aux alentours, ce vendredi. Le retrait pourrait se prolonger jusqu’à samedi. Dans la ville de Sake, située à une trentaine de km à l’ouest de Goma et d’où le gros du repli devait être amorcé la présence des rebelles se constataient toujours. AFP