Partager

web-2.jpgLe temps passe, Léfêté ne donne plus signe de vie. Son épouse Yéri patiente. Les années s’ajoutent aux années mais Léfêté ne donne toujours pas signe de vie. Au village cependant, la vie elle, continue. Yéri se sent seule. Très seule. Elle se rapproche de Nissato, le petit frère de Léfêté. Elle se rapproche de lui chaque jour davantage ; et Nissato s’éprend de Yéri, l’épouse de son grand frère Léfêté. Elle s’éprend également de lui. Des sacrifices sont faits et Yéri devient la femme de Nissato, Léfêté étant considéré comme mort.

Puis survinrent les troubles en Côte d’Ivoire avec leurs vagues de xénophobie. L’opération de rapatriement « Bayiri » est lancée et Léfêté descend au village sans crier gare. Son ex- épouse Yéri avait eu le temps de faire un enfant au petit frère du revenant. C’est l’émoi dans le village. Sitôt arrivé, Léfêté apprend ce qui s’est passé et cela ne lui convient pas du tout ; on n’hérite pas de la femme d’un vivant. Il n’est donc pas question de laisser Yéri à Nissato.

En privé, Nissato avoue qu’il n’est pas près à remettre l’épouse de son grand-frère. L’orage est près à éclater sur le village. Les anciens se réunissent et conviennent que puisque Léfêté est vivant, son épouse doit lui revenir. D’autres sacrifices aux mânes régleront l’affaire. Et voici Yéri qui passe de la case de Nissato à celle de Léfêté qui par là même, hérite de l’enfant de son frère.

Celui-ci on le sait, ne partageait pas l’avis général. Aussi fit-il bon cœur contre mauvaise fortune ; apparemment seulement, car en secret il voyait Yéri. Mais comme dans un village tout finit par se savoir, la chose tomba dans l’oreille de Léfêté. Et ce fut le début de l’enfer car Léfêté et Nissato sont tous deux de tempérament agressif.

Les disputes et les bagarres se succédaient régulièrement. Nissato tournait maintenant ouvertement autour de Yéri et ne manquait aucune occasion de lui parler de manière insidieuse. Cette attitude désinvolte fut dire à Léfêté que s’il n’agissait pas, son frangin risquait effectivement de lui prendre son épouse.

Aux grands maux, les grands remèdes. Un soir, il prit son pistolet, alla s’embusquer sur le chemin des champs et lorsque Nissato vint à passer, il lui logea une balle dans la tête. Il est en prison et Yéri est retournée sans ses enfants dans sa propre famille. Un autre gâchis !

Sacré Chédou OUEDRAOGO | Sidwaya

19 juillet 2007