Partager

Sauf changement de dernière minute, la délégation malienne pour le salon international du tourisme “Top-Resa” de Deauville, en France, s’envolera ce dimanche pour ce grand rendez-vous d’échanges dédié au tourisme.

Une occasion, pour le directeur général de l’Office Malien du Tourisme et de l’Hôtellerie (OMATHO), d’animer un point de presse. C’était le 19 septembre 2007, dans la salle de conférence de la dite structure.
Pour la circonstance, Oumar Balla Touré était entouré de Boubacar Nafougou, conseiller technique au département de l’Artisanat et du tourisme, et ses proches collaborateurs.

Il s’agissait, au cours de ce point de presse, de faire part des raisons qui sous-tendent la participation du Mali à ce salon et ses retombées positives sur la promotion de la destination Mali en matière de tourisme.

Avec la poussée ascensionnelle que connaît aujourd’hui le tourisme malien, les responsables en charge de ce secteur se doivent de promouvoir la destination Mali qui reste l’une des plus prisées en Afrique, voire dans le monde. En témoignent le fait qu’en 2002, le Mali ne comptait que 100 000 visiteurs,et aujourd’hui, il en compte plus de 200.000.

Aujourd’hui, le tourisme contribue beaucoup à la lutte contre le chômage dans notre pays. En effet, en 2007, on comptabilise dans le secteur 16 038 emplois créés contre 820 en 2002.

C’est donc fort de ces indicateurs fiables que les responsables du tourisme malien, sous l’égide du ministre de l’Artisanat et du Tourisme, M. N’Diaye Bah, font de leur mieux pour que le Mali puisse participer à autant de salons et forums touristiques en Afrique et à travers le monde.

A ce titre, le Mali participe régulièrement aux salons à Paris, Madrid, Chine, Berlin… Parallèlement à ces opérations de charme à travers le monde, notre pays organise, depuis 2002, de nombreux festivals, tels que ceux d’Essakane, le Festival sur le fleuve Niger, de l’éco-tourisme… On entend aussi donner une nouvelle impulsion au tourisme culturel qui est un creuset au Mali. Toutes ces actions à l’interne comme à l’externe ne visent qu’une seule chose : vendre le Mali.

Au regard des progrès enregistrés depuis 2002, pas de doute que la moisson promet encore d’être bonne, si le département du Tourisme et l’ensemble des acteurs maintiennent la dynamique amorcée depuis. Le salon “Top Resa” de Dauville s’inscrit dans ce sens.

Notre pays y sera fortement représenté sur un espace de 31 m2 avec une dizaine d’agences de voyages, des danseurs, Bozos, Dogons et les mystiques et multiséculaires masques et marionnettes.
Il s’agira aussi, pour la délégation malienne, de nouer des contacts, d’organiser des conférences sur les potentialités touristiques du Mali, mais aussi de saisir des opportunités pour signer des contrats avec les opérateurs touristiques intéressés par la distinction Mali.

“Top Resa” de Deauville sera aussi l’occasion, pour la délégation malienne, d’informer et de communiquer plus sur le premier salon international du tourisme que notre pays entend organiser les 17, 18 et 19 octobre 2008 à Bamako.

D’ici là, et après Deauville, tous les grands rendez-vous touristiques, que ce soit à Paris, à Berlin, à Madrid ou à Pékin, ont pour but de faire passer ce message.

Adama S. DIALLO

21 septembre 2007.