Partager

Dans la capitale Maputo, l’annonce de l’arrestation fin décembre de Manuel Chang à l’aéroport de Johannesburg, sur mandat de la justice américaine, a laissé les autorités sans voix. Ce n’est qu’après plusieurs jours de silence qu’un haut dignitaire du régime a lâché quelques mots prudents, à la mesure de sa gêne. « Nous suivons l’affaire », a murmuré la présidente de l’Assemblée nationale, Veronica Macamo. L’ex-grand argentier du pays, toujours député du parti au pouvoir (Frelimo), est accusé d’avoir autorisé frauduleusement des entreprises publiques à contracter des prêts secrets d’un montant de 2,2 milliards de dollars pour payer la livraison de patrouilleurs et de bateaux de pêche. L’affaire a mis au jour en 2016 un vaste système de corruption impliquant le groupe du milliardaire franco-libanais Iskandar Safa, des banques et le sommet de l’Etat mozambicain. Elle a aussi précipité le pays dans une crise financière dont il peine encore à se relever. Lui-même accusé d’avoir touché 5 millions de dollars de pots-de-vin, Manuel Chang est le premier « gros poisson » présumé du dossier pris dans les filets de la justice. Un tribunal sud-africain a refusé sa libération et doit statuer sur son extradition. La prochaine audience a lieu vendredi. – « Pas notre dette » – Si le gouvernement en place s’est montré discret sur le dossier, certains grand noms du parti au pouvoir depuis 1975, le Frelimo, se sont publiquement félicités de l’arrestation de Manuel Chang. L’ancien président Joachim Chissano (1986-2005) a réclamé que la justice se fasse. « Si des crimes ont été commis, il faut que certains soient punis », a-t-il estimé. « Il faut qu’il (M. Chang) soit jugé. Ce sera une bonne chose parce que ces affaires ne doivent plus se produire », a aussi estimé un de ses prédécesseurs au ministère des Finances, Tomaz Salomao. Pour le Mozambique, l’enjeu est crucial. Le scandale a fait bondir sa dette jusqu’à 130% de son produit intérieur brut (PIB) et contraint le pays à suspendre tout remboursement à ses créanciers. AFP