Partager

Dans une déclaration rendue publique par le RDS et signée de son président, le Pr. Younouss Hamèye Dicko on relève que «Depuis des mois, le Vérificateur Général fait l’objet d’un véritable acharnement et d’un malheureux lynchage, et ce, jusque dans l’exercice de ses fonctions!

En son temps, le Rassemblement pour le Développement et la Solidarité (RDS) a salué la création du Bureau du Vérificateur Général (BVG) en République du Mali. Il S’agissait là d’une innovation phare du Président Amadou Toumani Touré, innovation de la plus haute importance pour la lutte contre la délinquance financière et la corruption.

Dès que Sidi Sosso Diarra a commencé son travail et qu’il a levé les premiers gros gibiers, on se jeta sur lui, on tenta d’insulter son expertise, son professionnalisme et son sérieux. Des fonctionnaires mis en cause se permirent même de vilipender et de l’offenser publiquement et dans la presse sans avoir encouru la moindre mise en garde!».

Le parti de l’étoile précise que «pour consacrer davantage la neutralité et la crédibilité de sa Haute Institution, il voulut que ses proches collaborateurs fussent moins dépendants de leurs services d’origine; on l’accusa alors de faire obstacle au droit du travail, on l’humilia, on l’arrêta, on le jeta en prison comme un vulgaire malftat et on le libéra afin qu’il ne représentât plus rien!».

Aussi le RDS estime que «l’importance démesurée de l’arsenal tous azimuts qui tire sur Sidi Sosso signifie que l’on vise non pas la personne du Véga!, mais la haute institution qu’il représente, celle-là même qui est chargée de la lutte sans merci contre la corruption».


Le RDS, « qui se battra pour que la Justice puisse faire son travail et tout son travail, fait les constats suivants» :

1. Le RDS désapprouve fermement la façon dont Sidi Sosso Diarra a été molesté dans son honneur et dans sa dignité, car il est le représentant de l’institution phare de la lutte contre la corruption. Nul n’est au-dessus de la loi, mais M. Sidi Sosso devrait être traité avec courtoisie et élégance.

2. L’Etat doit faire protéger et respecter le BVG et, par voie de conséquence le Végal, Sidi Sosso Diarra. La Restauration de l’Autorité de l’Etat passe par là!

Ramata TEMBELY

17 Avril 2009