Partager

Le rappeur tunisien Weld El 15, qui risque une peine de prison ferme pour avoir insulté la police dans une chanson, a dit à l’AFP avoir «peur» avant son procès jeudi, son avocat dénonçant une atteinte à la liberté d’expression. «J’ai peur parce que dans un pays comme la Tunisie la loi n’est pas appliquée, on peut s’attendre à tout», a confié Ala Yaâcoubi, dit «Weld El 15», qui doit être jugé dans la journée par le tribunal de Ben Arous. Le musicien avait été condamné par contumace en mars à deux ans de prison ferme après la diffusion sur YouTube d’un clip intitulé Boulicia Kleb (Les policiers sont des chiens). Le rappeur ayant décidé de se rendre, un nouveau procès a été organisé. «J’ai utilisé dans la chanson les mêmes termes dont la police use pour parler des jeunes. La police doit respecter les citoyens si elle veut être respectée», a estimé Weld El 15. «Il n’y a aucune raison ou fondement juridique pour me mettre en prison», a-t-il poursuivi. Selon son avocat, il a été inculpé de «complot pour commettre des violences contre des fonctionnaires» et «d’outrage à la police». AFP/Libé