Partager

Le Mali, notre nation, regorge d’officiers à gogo. Tellement, nous comptions d’officiers que des postes-bidons du genre chargé de défense dans tous les ministères ont été créés. Tellement que nous avons des officiers sûrement de valeur qu’ils officient dans nos ambassades, consulats, ports et aéroports. En tous les cas, loin du front, loin du Nord. Pitié !

Le prytanée militaire
À quoi bon d’apprendre aux jeunes enfants dès l’âge de douze ans le métier des armes, si au finish, avec toute la bonne volonté du monde, le résultat est nul. Ça se voit. Ayons le courage de le dire, ayons la lucidité morale et mentale de le reconnaître, le prytanée militaire n’a absolument rien servi au Mali et aux Maliens. Il n’a pas été hier utile au Mali, il ne l’est pas aujourd’hui et ne le sera probablement jamais. La plupart des recrutements sont faits à la tête du client.

Ce n’est pas le porte-galons Oumar Dao dit baron ex-directeur du prytanée militaire qui nous dira le contraire. Il fait partie lui-même des problèmes du Mali, et ce n’est pas lui en qualité de chef d’état-major particulier d’IBK qui sortira le Mali de l’enfer. Il n’en a ni les ressources nécessaires ni la probité suffisante.

De grâce, dites-moi les qualités militaires de Moussa Sinko Coulibaly ? Il n’y a rien de plus affligeant que d’entendre dire que tel soldat a fréquenté telle faculté militaire. Mais pour nous, concernant le soldat, c’est le Nord de notre pays, notre école de guerre. Allah kama aw yé sabali (de grâce). La seule chose à laquelle sert le prytanée militaire, c’est de détruire nos maigres ressources publiques pour la caste des privilégiés.

Se réformer ou périr
Il est temps de supprimer cette école inutile et insensée. Il est temps de recruter pour l’Emia désormais nos sortants des écoles supérieures après bac+4. Le moment est venu d’admettre que le monde entier nous regarde et nous observe ; que nos vaines recherches de boucs émissaires ne tromperont personne. L’heure doit être à la mise en retraite d’office de tous nos officiers de trop. Notre pays, notre nation doit se défaire des pléthores d’officiers. Nous avons besoin d’une armée de l’air puissante. Nous avons besoin de troupes aéroportées dynamiques et rigoureuses.
Le Mali a beaucoup de soldats du rang prêts aux sacrifices ultimes. Pas de porte-galons à la pelle. Le Mali n’a pas besoin d’une élite militaro-politique affairiste, rapine, magouilleuse et profondément anti patriotique.

Malheureusement
Ce n’est pas un IBK trimballé entre son «frère» Tomi Michel, sa belle-famille et son fils Karim, en même temps incapable de déclarer publiquement ses biens, qui tirera le Mali des ténèbres.

Boubacar SOW
boubacarsow@hotmail.fr

Le Reporter du 28 Juin 2016