Partager

Le président Jacob Zuma a repris mercredi ses consultations au sommet avec les partenaires sociaux pour trouver une issue à la violente crise sociale qui secoue l’Afrique du Sud depuis août. Rien n’indiquait pour l’instant que la réunion qui se tient dans les locaux du gouvernement à Pretoria puisse déboucher sur davantage que des bonnes paroles. Seule a été évoquée la possibilité d’un appel aux dirigeants d’entreprises à montrer l’exemple et à geler leur rémunération pendant un an, alors que la crise mondiale contrecarre les efforts du gouvernement pour créer des emplois et lutter contre des inégalités parmi les plus élevées au monde.La vague de grèves sauvages dans les mines, qui a fait plus de 50 morts depuis août dans ce secteur essentiel de l’économie nationale, n’a rien arrangé, donnant de l’Afrique du Sud l’image d’un pays à la situation sociale explosive et à l’appareil politique, syndical et patronal incapable de reprendre le contrôle.Mercredi, la situation sur le terrain restait conflictuelle et par endroits, propice aux débordements de violence, alimentée par la forte détermination des grévistes à arracher les fortes hausses de salaires qu’ils réclament.AFP.