Partager

Le président sénégalais Macky Sall a déclaré jeudi vouloir durcir la législation du secteur de la pêche au Sénégal pour la rendre « beaucoup plus stricte à l’encontre des bateaux pirates » lors d’une visite à Kayar, une des principales zones de pêche du pays. « Nous avons envisagé la révision du cadre juridique » actuellement en vigueur au Sénégal concernant la pêche, a déclaré le président Sall dans cette localité côtière, à environ 60 km au nord-est de Dakar, devant des milliers d’acteurs du secteur: pêcheurs artisanaux et industriels, mareyeurs notamment. Kayar est le troisième port de pêche du Sénégal, après Mbour et Joal. Cela entre dans le cadre du renforcement du dispositif de lutte contre la pêche illégale », a ajouté le président Macky Sall. D’après les textes actuels au Sénégal, « la sanction maximum » pour pêche illégale dans les eaux sénégalaises, « c’est la saisie de l’engin de pêche, la saisie de la cargaison et une amende maximum de 200 millions de FCFA (près de 305.000 euros) », montant qui peut être doublé « en cas de récidive », avait alors expliqué le ministre. Selon lui, une étude de l’agence américaine pour le développement international (USAID) « a établi que le Sénégal perd tous les ans 150 milliards de FCFA (près de 228,7 millions d’euros) du fait de ces bateaux » pirates, qui « pillent » les ressources du pays. L’arraisonnement du navire russe avait été salué par le monde de la pêche au Sénégal. Certains des pêcheurs présents jeudi à la rencontre avec le président Sall à Kayar ont de nouveau fait part de leur satisfaction. AFP.