Partager

En marge des travaux du 25è sommet Afrique-France qui s’est achevé mardi à Nice, le président de la République Amadou Toumani Touré a reçu en audience plusieurs personnalités dont le président de la Transition au Niger, le général Djibo Salou, le président par intérim de la Guinée, le général Sékouba Konaté, l’homme d’affaires burkinabè, Lassine Diawara, et le vice-président du Comité Afrique du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), Mahamadou Sako.

jpg_att-nice.jpgLe président Amadou Toumani Touré a évoqué avec ses homologues du Niger et de la Guinée des questions bilatérales. Le général Djibo Salou du Niger s’est dit très satisfait de son entretien avec ATT qu’il considère comme un aîné et un cousin. « Il est bon de prendre contact avec des grands anciens comme le président Amadou Toumani Touré. Vous savez entre le Mali et le Niger, il n’y a qu’une frontière artificielle. Nous sommes tous des Maliens et des Nigériens, car nous parlons tous la même langue, le sonrhaï », a commenté le chef de l’État nigérien avant de noter que la Transition se porte bien dans son pays.

« La preuve, le Niger est présent au sommet de Nice », dit-il. Le président par intérim de la Guinée a, lui aussi, souligné la bonne santé de la transition dans son pays qui s’apprête d’ailleurs à organiser l’élection présidentielle le 27 juin prochain.

L’homme d’affaires burkinabé, Lassine Diawara, a discuté avec le chef de l’État de la situation de la filière coton et du climat des affaires dans nos deux pays. « J’ai parlé avec le président Touré de la bonne santé de la filière coton. Ce secteur est source de revenus pour nos millions de paysans mais malgré tout les banques sont réticentes à le financer. Il faut aujourd’hui renverser la tendance, afin de booster ce secteur. J’ai aussi dit au président qu’il faut que nos États puissent profiter de l’embellie des cours du coton », a-t-il indiqué.

Lassine Diawara s’est réjoui du « redressement spectaculaire » de la Sonatam dans laquelle il est actionnaire. « La Sonatam a traversé des périodes difficiles, mais aujourd’hui avec le soutien de l’État, elle est en train de faire des bénéfices. La société entre maintenant au budget de l’État à travers des recettes fiscales estimées à 15 milliards Fcfa. Elle est aussi en train de résorber les arriérés qui étaient de 11 milliards Fcfa », a-t-il précisé.

Le vice-président du Comité Afrique du MEDEF a exprimé au chef de l’État son souhait d’investir dans notre pays. Avant de quitter Nice, le président de la République a rencontré la colonie malienne établie dans cette ville. Nos compatriotes ont exprimé certains de leurs besoins. Il s’agit, notamment de l’accès aux logements sociaux, des difficultés liées aux conditions d’investissements au Mali, de l’insertion de ceux qui souhaitent retourner au pays après leurs études.

Amadou Toumani Touré soulignera que beaucoup d’actions ont été entreprises pour la prise en charge des doléances de nos compatriotes de l’extérieur. Il a souhaité que ces dernier soient informés à temps des initiatives les concernant. Toute chose qui permettra d’éviter certaines incompréhensions.

Le chef de l’État était accompagné de plusieurs membres du gouvernement : Ibrahima N’Diaye (Emploi et Formation professionnelle), Moctar Ouane (Affaires étrangères et Coopération internationale), Ahmadou Abdoulaye Diallo (Industrie, Investissements et Commerce), Sanoussi Touré (Économie et Finances).

Madiba Keïta

L’Essor du 03 Juin 2010.