Partager

Les pirates somaliens pourraient se voir accorder l’amnistie s’ils relâchent leurs otages et rendent les navires capturés à leurs propriétaires, a déclaré le président de transition Sharif Cheikh Ahmed rapporte vendredi le quotidien britannique The Times. Le président, dont le mandat actuel expire le mois prochain, a affirmé être prêt à laisser tranquille les 2.000 pirates supposés opérer au large des côtes somaliennes. « Ceux qui laisseront derrière eux ce qu’ils ont fait seront pardonnés, » a-t-il dit, après avoir fait campagne à Balad, à 40 kilomètres au nord de Mogadiscio. Les Nations Unies estiment que les pirates détiennent actuellement 245 otages tandis que les forces anti-piraterie de l’UE pensent qu’au moins 07 navires détournés restent entre leurs mains. Le Premier ministre Abdiweli Mohamed Ali a lui juré que les pirates « ne s’en tireraient pas après des meurtres » mais a dit que le gouvernement était prêt à faire des compromis, selon le quotidien. « Ma philosophie est que vous n’atteignez jamais la paix par la violence », selon ses propos rapportés par le Times. « Il n’y a pas de pitié pour les pirates, pas de ma part, mais si l’un d’eux abandonne et dit, « Je me repens et je demande pardon », alors nous devons le lui accorder », a-t-il ajouté. AFP.