Partager

Depuis le déclenchement de la crise au Mali en mars dernier, Goodluck Jonathan est le premier chef de l’Etat étranger à fouler le sol malien. C’était le vendredi 19 octobre dernier. Pour cette visite, le président de la République fédérale du Nigeria était accompagné d’une très forte délégation. Il a été accueilli à l’aéroport de Sénou par le président Dioncouda Traoré, en présence du président par intérim de l’Assemblée nationale, Pr Younoussi Touré, du premier ministre, Cheick Modibo Diarra et plusieurs membres du gouvernement.

Le Nigéria, tête de file des pays de la CEDEAO est plus que jamais décidé à soutenir le Mali pour trouver une solution à la crise du nord. La visite du président Goodluck Jonathan est la manifestation de cet engagement. Au sortir d’un entretien dans le salon d’honneur avec son homologue du Mali, le président Goodluck Jonathan dira à la presse que » le Mali seul ne peut pas résoudre le problème auquel il fait face. Nous sommes ici pour trouver des voies et moyens pour aider le Mali. On a fait le déplacement pour échanger avec toutes les parties concernées, nous ferons un effort pour nous unir et trouver une solution africaine ».

Cette journée passée au Mali a été très chargée pour le président du Nigéria. Il a rencontré le ministre des affaires étrangères, Tiénan Hubert Coulibaly, le premier ministre, Cheick Modibo Diarra, le président Dioncounda Traoré avant de rendre une visite de courtoisie aux anciens présidents (Alpha Oumar Konaré et Moussa Traoré). Dans l’après-midi, le président du Nigeria a reçu successivement, le président de l’Assemblée nationale par intérim, le Pr Younoussi Touré, les leaders des partis politiques représentés à l’Assemblée nationale, les leaders religieux et la société civile ainsi que le capitaine Sanogo. Il s’est entretenu avec ces personnalités sur la crise.

C’est en dernier lieu que Good Luck Jonathan a reçu les membres de la communauté nigériane vivant au Mali, parmi lesquels, le président de l’association Ohana EZE Ndigbo, Okorie Mbah. Au sortir de cette rencontre, Okorié Mbah a déclaré : « nous voulons faire comprendre à notre gouvernement que nous vivons en parfaite harmonie avec nos frères maliens et lui demandons de faire tout pour ramener la paix au Mali ». L’Ohana Eze Ndigbo, est une association qui regroupe tous les Nigérians y compris ceux de la diaspora et compte aujourd’hui un millier de membres au Mali. Depuis le début de la crise malienne, cette association s’est particulièrement distinguée par plusieurs actions. Entre autres, un don d’une valeur d’un million FCFA, à travers le Haut conseil islamique, en faveur des déplacés du Nord et un autre don de 500 000 FCFA remis à la pouponnière de Bamako.

Avant de quitter le Mali il a affirmé que le Mali a beaucoup de choses en commun avec le Nigeria. « Quand ça ne va pas au Mali, ça ne va pas au Nigeria. Nous sommes deux peuples liés par l’histoire, nous avons de très bonnes relations ». Concernant la crise, Goodluck Jonathan a fait remarquer qu’il y avait eu un malentendu entre le président Ouattara et les populations du Mali, à cause d’un déficit d’information.

« Avec les discussions d’aujourd’hui, la CEDEAO, et l’Union africaine vont travailler avec le gouvernement, malien pour résoudre la crise malienne. C’est une situation qui interpelle tout le monde. Dans les semaines à venir, il y aura une réunion au niveau de la CEDEAO pour voir tous les aspects du problème et tout ce qui est possible pour sortir le Mali de la crise », a-t-il conclu.

Youssouf CAMARA

L’Indépendant du 22 octobre 2012