Partager

Le président élu égyptien Mohamed Morsi poursuit ses consultations en vue de former un « gouvernement de coalition » et devra prêter serment samedi devant la Haute cour constitutionnelle, ont rapporté mercredi les médias locaux. L’armée au pouvoir en Égypte a promis de remettre avant la fin du mois le pouvoir au nouveau chef de l’État, issu de la puissante confrérie des Frères musulmans, mais aucune date précise n’a été annoncée officiellement. De nombreux membres de la communauté chrétienne, qui représente 6 à 10% de la population égyptienne, ont exprimé leur inquiétude après l’arrivée au pouvoir d’un islamiste, craignant davantage de discriminations. Dans son premier discours à la nation dimanche après son élection, M. Morsi s’est posé comme le « président de tous les Égyptiens », appelant à la cohésion entre les différentes composantes de la société. Le journal gouvernemental Al-Ahram a évoqué le nom de Mohamed ElBaradei, ancien chef de l’AIEA et prix Nobel de la paix 2005, proche des mouvements qui ont lancé la révolte contre le régime de Hosni Moubarak. Mais des sources politiques citées mercredi par le même journal affirment que M. ElBaradei ne s’est pas encore prononcé sur cette offre… AFP.