Partager

Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), a quitté Khartoum mercredi pour le Caire où il doit rencontrer son homologue égyptien Hosni Moubarak. Cette visite, non annoncée officiellement par Le Caire, est la deuxième à l’étranger de M. Béchir depuis l’émission d’un mandat d’arrêt par la CPI, le 4 mars, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Darfour, région de l’ouest du Soudan en proie depuis 2003 à la guerre civile. Un responsable égyptien sous le couvert de l’anonymat avait affirmé mardi que le président Béchir devait se rendre au Caire mercredi, mais l’information n’avait pas été confirmée par Khartoum. Comme la plupart des pays arabes, à l’exception de la Jordanie et des Comores, l’Egypte n’est pas signataire du traité de Rome instituant la Cour pénale internationale. L’Egypte avait demandé à la CPI de surseoir à l’inculpation du président soudanais, se déclarant « très troublée » par sa décision de délivrer un mandat d’arrêt à son encontre. Omar el-Béchir s’était rendu lundi à Asmara, en Erythrée, pour sa première visite officielle à l’étranger depuis l’émission du mandat de la CPI. (Afp)