Partager


Accords d’Alger, accords de Tripoli…pour quelle paix ? »,
« Quel avenir pour l’école au Mali? » et « la situation est intenable. Baissez les prix« . Tels étaient les différents thèmes abordés par les jeunes du Rassemblement Pour le Mali (RPM), lors de leurs assises, tenues le samedi 10 mai, dans la salle de conférence de l’ex-CRES de Badalabougou.

Moussa Tembiné, le Président de l’Union des Jeunes du Rassemblement pour le Mali, dans son allocution a déclaré que « cette journée est et restera historique pour la jeunesse du Rassemblement pour le Mali. En effet, c’est ce jour que nous avons choisi pour tenir l’une des activités les plus importantes qui auront marqué la rentrée politique de la jeunesse de notre parti au cours de l’année« .

Ce grand rassemblement, selon lui, est un grand rendez-vous de tous les jeunes du RPM pour débattre d’une question capitale pour la vie du parti, mai aussi pour l’ensemble de la jeunesse du Mali.

« Nous allons, certes, débattre du rôle qu’a joué l’UJ/RPM au sein du parti, au cours des différentes échéances électorales ; des perspectives du parti et des tâches que nous sommes appelés encore à assumer pour assurer la victoire de notre parti aux échéances à venir, échéances dont la plus imminente est l’élection municipale de 2009 » a-t-il ajouté.

Au cours de ces assises, de nombreux problèmes ont été évoqués tels que l’insécurité au nord, la cherté croissante de la vie et le blocage de l’école.

Pour Moussa Tembiné, les assises de la jeunesse RPM ne sauraient ignorer les problèmes pressants auxquels le pays se trouve confronté. S’agissant du problème du nord, il a souligné que le RPM avait, à son temps, dénoncé les Accords d’Alger.

Concernant la situation l’école, il a affirmé que « seul le RPM, fidèle à son engagement patriotique, a organisé une conférence débat, qui a servi de cadre d’échanges où d’imminentes personnalités et des professionnels de l’éducation ont pu faire le diagnostic de la crise et donner des pistes crédibles pour opérer les réformes utiles.

Mais hélas, au lieu de saisir une telle opportunité, on attend la solution miracle qui sortira d’un nième forum national sur l’éducation».

Quant à la cherté de la vie, il a estimé qu’ « au lieu de prendre conscience de la mauvaise gouvernance caractérisée par l’improvisation et le tape à l’œil qui ont marqué le premier quinquennat et qui expliquent la situation actuelle, le régime a recours de nouveau aux solutions faciles, voire aux solutions compromettantes celles qui arrangent, les décideurs et leurs petits amis »

Avant de terminer, il a affirmé que face à cette situation, la jeunesse doit, plus que jamais s’armer d’engagement et de persévérance, pour continuer à donner au parti la force nécessaire afin qu’il continue à assumer sa mission de force politique alternative à la gestion actuelle du pouvoir.

Bandiougou DIABATE

12 Mai 2008