Partager

À l’issue de sa rencontre avec le président de la Transition Bah N’Daw, Gianni Infantino a lancé un véritable avertissement au monde du football malien : «uni, on gagne, divisé, on perd», a martelé l’Italo-Suisse dont c’était la première visite au Mali.

Arrivé hier en fin de matinée à Bamako, le président de la Fédération internationale de football association (FIFA), Gianni Infantino a été reçu en audience par le président de la Transition, Bah N’Daw.
Le premier responsable du football mondial est arrivé au palais de Koulouba en compagnie du ministre de la Jeunesse et des Sports, Mossa Ag Attaher, du directeur de la division associations membres de la FIFA, Véron Mosengo-Omba et du président de la Fédération malienne de football (Femafoot), Mamoutou Touré «Bavieux». 
à sa sortie d’audience, Gianni Infantino, dont c’est la première visite au Mali, a indiqué qu’il a évoqué plusieurs sujets avec le président Bah N’Daw. «J’ai eu l’honneur d’être reçu à Bamako par le président Bah N’Daw, un homme de football comme les 21 millions de Maliens. C’était un plaisir de le rencontrer et de pouvoir échanger avec lui sur plusieurs sujets», a confié Gianni Infantino. 

«La FIFA et son président et toute notre équipe sont sur place avec le Mali et le peuple malien, avec mon ami, le président Touré (Bavieux, ndlr), avec le ministre avec le gouvernement dans cette période, certes compliquée, mais quand même projetés vers l’avenir, a souligné l’Italo-Suisse. Le football peut et doit aussi jouer un rôle fédérateur dans ce pays. Le football unit et l’unité était le mot clé de la discussion qu’on a pu avoir avec le président». «Un peuple qui s’unit autour d’un drapeau, mais qui s’unit aussi autour du ballon, du cœur, du talent, de la passion. à travers le football, on veut contribuer à cette union. Le Mali est un pays qui a obtenu de grands résultats footballistiques surtout au niveau des jeunes, avec un talent incroyable. On est en train de mettre une structure en place avec la fédération. Aujourd’hui (hier, ndlr), on va poser la première pierre de la nouvelle académie et d’un centre technique, mais on fait beaucoup plus que ça : la FIFA veut aussi aider le Mali à des compétitions pour les garçons, les filles, les hommes, les femmes, bref, on veut être présent au Mali à tous les niveaux et travailler avec le pays», a annoncé Gianni Infantino. 

Interrogé sur la crise qui divise les acteurs du football malien depuis janvier 2015, le président de la FIFA a dit : «Uni, on gagne, divisé, on perd. Il faut que le monde du football malien travaille dans l’unité, avec le président Touré, avec le ministre de la Jeunesse et des Sports et avec le reste du gouvernement. Il faut qu’on travaille pour le pays et qu’on mette de côté les animosités. C’est normal, le football est un sport compétitif, on veut gagner, mais on ne gagne qu’en équipe. C’est pour cela qu’il faut monter l’équipe et que tout le monde fasse partie de cette équipe pour le bien du pays. Je crois qu’on est sur la bonne voie, on voit de la lumière au bout. Le Mali a passé des moments compliqués en terme footballistique, on est là pour stabiliser la situation, et témoigner la relation très étroite, amicale, fraternelle entre la FIFA et la Fédération malienne de football parce qu’on souhaite que le Mali soit un exemple, pas seulement en Afrique, mais dans le monde», a insisté le 9è président élu de la FIFA. à l’issue de l’audience, Gianni Infantion a offert au président de la Transition un fanion FIFA, un ballon et un maillot floqué du nom Bah N’Daw

Gianni Infantino a remis un ballon et un maillot au président de la Transition

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mossa Ag attaher, s’est réjoui de la visite du président de la FIFA dans notre pays, avant de rappeler que l’événement coïncide avec un évènement majeur, à savoir le Tournoi sportif pour la paix. «C’est l’ensemble des régions du Mali qui vont se réunir du 5 au 13 mars à Gao autour du football. Nous avons une vision partagée de l’impact, de la capacité et de la force du football à contribuer au renforcement de l’unité et à la consolidation de la paix au Mali», a souligné Mossa Ag Attaher.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports ajoutera : «Nous sommes également satisfaits de la relation que la FIFA a su entretenir tout au long des années avec la Fédération malienne de football, nous travaillons ardemment à consolider la relation entre le département et la fédération, et au-delà, entre le gouvernement du Mali et la FIFA parce que la FIFA porte de grands projets pour l’Afrique et réalise des choses extraordinaires dont nous voulons, en tant que gouvernement, bénéficier. J’espère que la pose de la première pierre du centre technique, marquera le début d’une longue aventure entre le Mali et la FIFA», complètera le ministre Mossa Ag Attaher. 
Pour sa part, le président de la Fédération malienne de football a indiqué que tous les programmes soumis à la FIFA par notre pays ont été acceptés par le département de la gouvernance de l’instance qui, en plus du centre technique, va financer la construction des sièges des ligues régionales de football et prendre en charge le salaire et les émoluments de Malick Boulegroune, le responsable chargé du PST au Mali. 

Ladji M. DIABY

Source: L’Essor