Partager

Le président Goodluck Jonathan a annoncé mardi la création d’un comité pour la tenue d’un dialogue national au Nigeria, un pays divisé par de fortes tensions entre régions et communautés et déchiré par une insurrection islamiste. Il n’a pas précisé quels seraient exactement les problèmes à traiter par le comité dont le but est de préparer l’organisation du futur dialogue. Mais une série de problèmes secouent régulièrement le premier producteur de brut d’Afrique, dont la distribution de la richesse pétrolière au niveau national, le partage du pouvoir entre le Sud à dominante chrétienne et le Nord à majorité musulmane et les violences du groupe islamiste Boko Haram à l’origine de milliers de morts depuis 2009. Sa plus récente attaque a fait une quarantaine de morts le weekend dernier, des étudiants tués dans un collège du Nord-Est. La formule du dialogue national a été expérimentée par plusieurs pays d’Afrique mais de précédents gouvernements l’avaient rejetée pour le pays le plus peuplé du continent avec 160 millions d’habitants. Il a appelé les Nigérians à soutenir les efforts du gouvernement au moment où l’armée est lancée dans une vaste offensive contre le groupe islamiste dans ses bastions du Nord-Est, une répression qui a provoqué de sanglantes opération de représailles de Boko Haram. AFP.