Partager

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a lancé officiellement la campagne électorale en vue de l’élection présidentielle, où il est candidat à sa propre succession et entend poursuivre sa lutte contre la corruption.Dans ce pays de 180 millions d’habitants, les électeurs sont attendus aux urnes le 16 février, quatre ans après la victoire historique de M. Buhari qui l’a vu devenir le premier candidat de l’opposition au Nigeria à battre un président en place.Mais l’ancien général de 75 ans, qui avait déjà dirigé le pays entre 1984 et 1985 pendant les dictatures militaires, doit aujourd’hui affronter une vague de mécontentement populaire et une opposition de plus en plus organisée. Lors du lancement de sa campagne dimanche soir à Abuja, il a affirmé avoir tenu ses promesses en termes de sécurité, d’économie et de lutte contre la corruption. Mais il a reconnu qu’il restait du travail à faire pour que tout le monde puisse en bénéficier, pas seulement quelques-uns, dans un pays où les inégalités entre riches et pauvres sont colossales et où les infrastructures de base (électricité, hôpitaux, routes,…) sont toujours déficientes. « Les choix que nous faisons aujourd’hui modèleront notre avenir, notre sécurité économique et notre prospérité future », a déclaré le candidat du parti au pouvoir, le Congrès des progressistes (APC). « Le Nigeria, plus que jamais, a besoin d’un gouvernement stable, tourné vers le peuple », lors d’un message diffusé à la télévision. – Corruption – Le Nigeria, premier exportateur de pétrole du continent africain, est gangréné par la corruption et ce thème sera vraisemblablement au coeur de la campagne. Dès son arrivée au pouvoir en 2015, M. Buhari s’était engagé à récupérer les « sommes astronomiques » d’argent public volé sous les administrations précédentes. La semaine dernière, le directeur de l’agence anti-corruption (EFCC), Ibrahim Magu, s’est félicité d’avoir saisi l’équivalent de 2,3 milliards de dollars, ainsi que des « villas, stations essences, bijoux, voitures, terrains… » …AFP