Partager

La situation sécuritaire au Nigeria, en proie aux attaques du groupe jihadiste Boko Haram, a connu « une amélioration régulière » et le gouvernement reste déterminé à « mettre à mettre un terme à la crise », a affirmé lundi à Abuja le président Muhammadu Buhari. Le chef de l’Etat nigérian prononçait son dernier discours à la nation à l’occasion du Jour de l’indépendance du Nigeria, avant la présidentielle de février 2019. M. Buhari, qui brigue un deuxième mandat, a défendu son bilan dans une allocution apparue comme le manifeste de son gouvernement. M. Buhari, un ancien militaire de 75 ans, devrait être investi ce week-end candidat à ce scrutin par son parti, le Congrès des progressistes (APC, parti au pouvoir). Le principal parti d’opposition, le Parti Populaire Démocratique (PDP), devrait également désigner son candidat. Le 1er octobre, jour férié dans le pays, le Nigeria commémore son accession à l’indépendance de la Grande-Bretagne en 1960. C’est traditionnellement l’occasion pour le chef de l’Etat de faire le bilan de son action dans un discours à la nation. Muhammadu Buhari est arrivé au pouvoir en 2015 sur la promesse de mettre un terme à l’insurrection de Boko Haram, d’agir plus fermement contre la corruption et d’améliorer la situation économique. Il a promis lundi de « travailler sans relâche à la promotion, la protection et la préservation (…) d’un Nigeria uni, pacifique, prospère et sûr ». Il avait déclaré dans le passé que les jihadistes, dont les violences ont fait plus de 27.000 morts depuis 2009, étaient « techniquement battus », malgré des attaques répétées. Les dernières en date ont fait neuf morts le 19 septembre dans deux villages de l’Etat de Borno (nord-est). Evoquant les violences entre agriculteurs et éleveurs nomades dans le centre du pays, le président Buhari s’est contenté de déclarer qu’il recherchait une « solution durable » à ce conflit qui a fait 1.300 mort.AFP