Partager

Décidément, il ne fait pas bon être Premier ministre en Côte d’Ivoire. C’est le moins que l’on puisse dire surtout dans un pays où la santé des dirigeants est constamment sujette à polémique. En effet, quelques mois seulement après qu’il a succédé à Ahmed Bakayoko, décédé en février dernier, d’un cancer foudroyant, le Premier, ministre ivoirien, Patrick  Achi, est en séjour médical en France. Il souffrirait de saignements intestinaux tant et si bien qu’il a dû y subir plusieurs examens médicaux. Son retour au pays, annoncé pour les prochains jours, est très attendu par les Ivoiriens dont certains ne cachent pas déjà leur pessimisme. Pour cette catégorie d’Ivoiriens essentiellement proches du camp de l’opposition, le poste de Premier ministre est désormais « maudit » dans leur pays. Tant et si bien que tout titulaire, sous le 3e mandat querellé d’Alassane Ouattara,  n’y a pas longue vie. Cette lecture, pour le moins superstitieuse des faits, remonte au décès d’Amadou Gon Coulibaly (AGC), en juillet 2020, des suites de malaise cardiaque. Et comme pour ne rien arranger, son successeur Ahmed Bakayoko qui lui a succédé, n’a pas eu longue vie puisqu’il a tiré très tôt sa révérence et ce, en moins d’un an à la Primature. Dès lors, on comprend aussi l’embarras dans lequel se trouve le président Alassane Dramane Ouattara  (ADO) qui ne sait plus à quel… Premier ministre se vouer. En tout cas, on croise les doigts, espérant que le sieur Achi rentrera bientôt en Côte d’Ivoire et qu’il continuera d’exercer sereinement ses fonctions de chef du gouvernement. Car, le pire, (on touche du bois) s’il devrait arriver, constituerait une très mauvaise publicité pour le président ADO que ses contempteurs accusent à tort ou à raison derrière la mort de ses Premiers ministres.

B.O

Source: Lepays.bf