Partager

Le Premier ministre Cheick Modibo Diarra est arrivé le mercredi soir à Niamey pour une visite officielle de 24 h. Accueilli à son arrivée dans la capitale nigérienne par son homologue Brigi Rafini, il était venu remercier le président Issoufi Mahamadou et le peuple nigérien pour leur appui au peuple du Mali dans le cadre de la recherche d’une issue à la crise que traverse notre pays. Le clou de ce séjour a surtout été sa visite, le jeudi 12 juillet, aux éléments du contingent militaire malien à Niamey, sous la conduite du colonel-major El Hadj Gamou.

Il les a félicités et les a encouragés à se tenir prêts pour la libération des zones occupées dans le nord du Mali. Le Premier ministre a réaffirmé que des efforts multiformes étaient en train d’être déployés par le gouvernement en vue de la reconquête du Nord du pays. Certaines sources revèlent que l’armée vient de recevoir de nouveaux équipements venant de Russie et d’Ukraine.

Si, aujourd’hui, le peuple malien est impatient de voir son armée retourner au front pour libérer les régions du nord occupées, depuis trois mois déjà par les différents groupes armés, certains indices portent à croire que le gouvernement prépare discrètement une grande offensive dans ce sens. La grande muette semble se mettre petit à petit en ordre de bataille.

En effet, en se rendant mercredi à Niamey, le Premier ministre a ainsi bouclé ses visites dans les pays du champ qui comprennent aussi l’Algérie et la Mauritanie.

La prise en compte de la position de ces pays est indispensable pour toute opération militaire dans notre septentrion.

Ces différentes visites ont été précédées par des sorties de Cheick Modibo Diarra auprès des troupes à Ségou et du ministre de la Défense et des anciens combattants, Yamoussa Camara, à Sévaré, zone de défense n°1 et à Niamey où il avait rencontré les mêmes hommes de Gamou.

Cette venue du Premier ministre vise donc à requinquer davantage le moral de ces troupes dont on dit qu’elles sont prêtes à repartir au front.

Entouré de ces courageux soldats, le Premier ministre s’est réjoui d’être là, parmi eux, de les voir en personne pour la première fois et de les toucher.

« Je vous remercie de tout ce que vous avez fait et tout ce que vous êtes prêts à consentir pour la reconquête du nord Mali. L’espoir d’une nation unie et en paix est aujourd’hui à portée de main. Toute la question est de savoir comment faire pour relever le défi de la reconquête du nord Mali, avec un minimum de destruction et un minimum de souffrance pour le peuple malien« , a indiqué Cheick Modibo Diarra.

S’adressant particulièrement au Colonel-major Gamou, le Premier ministre s’est exprimé en ces termes : « Mon colonel, nous n’oublierons jamais nos populations qui sont au nord. La République ne vous oubliera jamais« .

Ces hommes, sous la conduite du Colonel-major El Hadj Gamou, qui était chef du commandement opérationnel de la région de Kidal, sont estimés entre 500 et 600 militaires comprenant des Touareg restés fidèles à la République et des anciens combattants rentrés de la Lybie. Ils sont cantonnés à Saguia, un village situé à quelques kilomètres au sud de la capitale nigérienne.

Répondant à l’hôte du jour, le colonel Gamou a précisé que « le moral de la troupe est bon et les hommes et moi-même sommes prêts à exécuter toute mission que l’Etat malien nous confiera« .

Faut-il rappeler que le Colonel-major El Hadj Ag Gamou avait d’abord pris position avec ses hommes dans la zone de Labezanga, dans l’ouest du Niger, près de la frontière avec le Mali. Avant d’arriver à Niamey, ses éléments ont été désarmés par les autorités nigériennes. Mais, tout compte fait, notre pays compte et peut compter sur le Niger, qui n’a jamais caché sa fermeté par rapport aux rebellions et est favorable à la solution militaire pour libérer, une fois pour toute, le sahel des bandits armés. Ainsi, au cours de son séjour nigérien, le Premier ministre a eu une séance de travail avec son homologue nigérien Brigi Rafini, avant d’être reçu en audience par le président Issoufi Mahamadou.

Celui-ci a réaffirmé la détermination de son pays à continuer d’aider le Mali dans la phase actuelle, après avoir mis en exergue la communauté de destin entre les deux nations. Il a encouragé le Premier ministre Cheick Modibo Diarra à poursuivre ses initiatives auprès des partenaires de la CEDEAO, de l’Union africaine et de la communauté internationale pour faciliter la libération rapide du Nord et la restauration de l’intégrité territoriale du Mali.

Le Premier ministre a renouvelé la gratitude du Mali aux autorités et au peuple du Niger pour l’accueil des réfugiés maliens et l’hébergement des soldats.

Il a, par ailleurs, réitéré sa volonté de mobiliser toutes les forces vives du Mali pour que le pays demeure un et indivisible et qu’il soit débarrassé des terroristes ainsi que des narcotrafiquants.

Pour cela, il compte se donner les moyens pour gagner brillamment cette guerre. Selon des indiscrétions la capacité opérationnelle de l’armée aurait été renforcée ces derniers temps par des équipements militaires arrivés de la Russie et de l’Ukraine.

Les mêmes sources ajoutent que ces équipements, comprenant deux avions de combat et un nombre important d’armes de longue portée et de munitions avaient été commandés et payé cash sous l’ancien président ATT.

En tout cas, la présence du Colonel-major et de ses hommes est jugée « stratégique » dans le cadre d’une offensive militaire. Car ces troupes, qui connaissent parfaitement la région d’où elles sont originaires, pourraient servir de force d’appui dans le cadre d’une intervention militaire combinée de l’armée malienne et de soldats de la force africaine en préparation. « Ma présence au Niger n’est pas fortuite. Elle est purement stratégique. Nous avons constamment en tête la récupération des zones perdues » avait déclaré Gamou, le 12 juin dernier sur les antennes de France 24.

Youssouf Camara

L’Indépendant du 13 Juillet 2012