Partager

Un responsable du ministère angolais de la Culture a démenti mardi que l’islam ait été interdit dans le pays, une mise au point à l’encontre d’informations de presse et à des fermetures de mosquées. En Angola, 83 églises, toutes chrétiennes, sont officiellement reconnues. Mais le ministère de la culture estime que près de 1.200 autres organisations religieuses y existent, qu?elles aient fait ou non leur demande de légalisation. Fin octobre le ministère de la Justice a rejeté des demandes déposées par 194 organisations religieuses – églises, sectes et autres congrégations – dont celle de la communauté islamique d’Angola, l’un des groupes musulmans actifs dans le pays. En théorie, cette décision oblige les églises à cesser leurs activités et à fermer mais, dans la pratique, peu d?entre elles s?y sont conformées, la majorité, dont la communauté musulmane, mettant en avant la liberté de religion garantie par la Constitution. En parallèle, le représentant des musulmans en Angola, David Ja, dénonce depuis septembre les fermetures et certaines destructions de mosquées dans l’ensemble du pays, parlant de « persécution politique » et d‘ »intolérance religieuse ». Les musulmans, originaires d’Afrique de l’Ouest ou Angolais convertis, seraient plusieurs centaines de milliers en Angola sur une population de quelque 18 millions d’habitants, selon le représentant de la communauté, un chiffre non confirmé par les autorités angolaises.AFP.