Partager

La justice espagnole a envoyé mardi en prison préventive le pédophile gracié par erreur au Maroc puis arrêté lundi en Espagne, en attendant de se prononcer sur son éventuelle extradition réclamée par le royaume. Il a été arrêté lundi dans un hôtel de Murcie, dans le sud-est de l’Espagne, au terme d’un rocambolesque cafouillage. Remis mardi à la justice espagnole, Daniel Galvan a été placé en détention préventive, le juge invoquant un « risque de fuite » et estimant qu’il « ne dispose pas en Espagne d’un minimum d’enracinement familial, social, économique ou professionnel ». Embarrassante pour la justice espagnole, l’affaire Galvan a aussi créé des remous au Maroc, où le roi Mohammed VI a répondu lundi au scandale en révoquant le directeur de l’administration pénitentiaire, cette administration étant accusée d’avoir « transmis par inadvertance des informations erronées (sur) la situation pénale de l’intéressé ». A mesure que montait le scandale, des informations ont filtré dans la presse, dépeignant un homme au passé trouble, identifié par certains comme un espion d’origine irakienne alors que lui-même se présentait comme un professeur d’université à la retraite. AFP.