Partager


“An yan ta to Allah ma !”. A elle seule, cette douloureuse complainte d’un responsable d’une de ces deux forces politiques (le PRC et la FCD) justifie assez l’état d’âme de la plupart de leurs dirigeants qui, aujourd’hui, font contre mauvaise fortune bon coeur.

L’amère vérité est que le Président de la Force Citoyenne Démocratique (FCD), M. Djibril Tangara, tout comme celui du Parti Citoyen pour le Renouveau (PCR), M. Ousmane Ben Fana Traoré (que Djibril Tangara avait pourtant combattu lorsqu’il était à la tête du Mouvement Citoyen), sont devenus comme des laissés pour compte, contrairement aux acteurs du Mouvement Citoyen, dont le CENA est désormais sous le contrôle du ministre Ahmed Diané Séméga depuis le week-end dernier.


A Malin, malin et demi

Poussé par un zèle que nul ne peut qualifier, M. Djibril Tangara (on se le rappelle) avait tout mis en œuvre pour avoir la mainmise sur le CENA du MC. Il en était même devenu, en quelque sorte, le maître incontesté : le jeune Ousmane Ben Fana Traoré (Président du PCR), qui tenait coûte que coûte à la mutation du Mouvement Citoyen en parti politique, l’avait appris à ses dépens.


“ATT ne veut pas d’un parti ! Le Mouvement Citoyen est l’idéal pour soutenir ses actions !
”, rétorquait l’ancien Président du CENA (M. Djibril Tangara) à tous ceux qui militaient pour la cause de la transformation du Mouvement Citoyen en parti politique. Mais le Parti Citoyen pour le Renouveau (PRC) ayant été créé. Alors, ses initiateurs furent tous été “mis à la porte” par M. Djibril Tangara qui tenait le gouvernail du MC.

Cependant, le temps finira par convaincre “l’opposant” (M. Ousmane Ben Fana Traoré) que mieux qu’une association, un parti politique est le meilleur credo pour compétire fasse aux partis politiques dont les acteurs étaient de plus en plus hostiles au Mouvement Citoyen qui, sous une forme associative, rivalisait plutôt avec eux (selon eux).

Il a donc fallu cette décision (de création du PCR) pour que M. Djibril Tangara se voit, à son tour, renversé par une tendance dont, parmi les têtes de proue, on peut citer, entre autres : Ahmed Diané Séméga, Oulématou Tamboura, le député Hammadaou Sylla. Maisil faut rappeler que bien avant, l’athmosphère était devenue très tendue entre l’ancien Président du CENA (M. Djibril Tangara) et presque tout le bureau des jeunes du Mouvement Citoyen avec, à leur tête, M. Amadou Koïta.

La situation était telle qu’à tort ou à raison, les supporters de l’ancien ministre du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Âgées avaient déclaré, à l’époque, que le piége était tendu par le ministre Séméga. Et Djibril n’y avait pas échappé : il avait été “chassé” à son tour par la tendance pour laquelle la jeunesse s’était montrée favorable.

Si bien que de nos jours, on peut constater que M. Djibril Tangara est en train de faire cavalier seul. Pire, il n’a pas été reconduit dans le Gouvernement du Premier ministre Modibo Sidibé. Le Président de la Force Citoyenne Démocratique (FCD) paraît aujourd’hui tout simplement abandonné. Aussi se demande-t-on : quel a donc été le péché de l’ancien Président du CENA du MC ? Mystère et boule de gomme, car la réponse à cette question restera inconnue.

Alors, pour sortir de l’oubli dans lequel il a été contraint (pourrait-on dire), le Président de la FCD procèdera au lancement de son parti à la fin du mois de Janvier 2009, dans une localité sise dans la Commune de Kati.

L’évènement a, en quelque sorte, été perçue comme la rentrée politique de la Force Citoyenne pour la Démocratie (FCD). Mais à plus d’un titre, la faible mobilisation suscitée par cette rentrée politique indique que l’avenir de la FCD pourrait bien se montrer décevant pour l’ancien ministre Djibril Tangara.

Le même sort a été réservé au Parti Citoyen pour le Renouveau (PCR), à la différence que ce parti peut se targuer d’avoir obtenu un, plutôt une députée à l’Assemblée nationale. Mais le hic, c’est que de nos récentes informations, il ressort que cette députée, que revendique pourtant le PCR, s’apprête… à créer un parti consacrant son “divorce“ d’avec le PRC qui, tout comme la FCD et le MC, s’impliquent à convaincre le Président de la République de leur dévotion indéfectibles.

A y voir clair, l’on peut se rendre de l’évidence : le Mouvement Citoyen semble être le plus dévoué au Président ATT, n’en déplaise aux détracteurs de ses acteurs qui, malgré tout, ont déclaré à qui veut (ou ne veut pas) les entendre que la Convention citoyenne dont ils se réclament sont et demeurent des partenaires de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP).

Et pourtant, le PCR se dit également membre de cette ADP. Mais cela n’a pas empêché le PCR et la FCD d’être marginalisés, vire exclus du partenariat politique entre le Mouvement Citoyen et l’ADP. Est-ce donc à dire que le PCR et la FCD sont devenus aujourd’hui les ”dindons de la farce“ ?…

Laya DIARRA

04 Février 2009