Partager

C’est une monarchie dont les origines remontent au Moyen Âge. Les rois du Rwanda ou mwamis ont régné sur les mille collines, et parfois au-delà, jusqu’au renversement du dernier monarque en 1961. Kigeli V s’est d’abord exilé en Tanzanie, en Ouganda, au Kenya puis, dans les années 1990, aux Etats-Unis. Il aura bientôt 80 ans, et le Parti vert démocrati- que voudrait que le souverain rentre à Kigali pour favoriser « la paix et la sécurité ». Le chef du parti, Frank Habineza, évoque même l’éventualité d’un référendum sur la monarchie constitutionnel- le : « S’il rentre au pays, nous estimons que la population pourrait être consultée par voie de référendum sur une éventuelle monarchie constitutionnelle. » « C’est un sujet délicat, concède-t-il. Des gens qui ont abordé le sujet ont subi des repré- sailles. Nous demandons au gouvernement de permettre à tous d’en débattre ouvertement. » Le président Paul Kagame et son parti se sont déjà dits favorables au retour du roi, mais uniquement à titre de simple citoyen. Selon Filip Reyntjens, un spécialiste du Rwanda à l’université d’Anvers, en Belgique, la monarchie reste un sujet délicat. Mais selon lui, le Parti vert et d’autres mouvances « à l’intérieur et à l’extérieur du Rwanda », espèrent qu’il soit non pas nécessairement le nouveau chef de l’Etat, « mais quelqu’un au-dessus de la mêlée qui pourrait réconci- lier tout le monde ». RFI