Partager

Le Parlement du Malawi a abrogé à l’unanimité une loi sur les médias datant de l’ère Mutharika et qui depuis 2010 autorisait le gouvernement à interdire toute publication « contraire à l’intérêt général ». « La section 46 controversée a été abrogée après que les médias et militants se sont plaints », a précisé à l’AFP Ralph Kasambara, le nouveau garde des Sceaux. La loi constituait « une censure injustifiée et limitait le droit des gens à avoir une information impartiale », a-t-il souligné. Alekeni Menyani, député d’opposition et membre du Parti du congrès du Malawi, a renchéri en disant que le texte était « une menace à la croissance de l’industrie des médias » dans un pays qui a adopté la démocratie en 1994, après trois décennies de régime autoritaire. Les médias locaux et internationaux soulignaient que le texte abrogé contrevenait à la Constitution qui garantit la liberté d’expression et de la presse. Un vent de changement souffle sur le Malawi depuis la mort du président Mutharika, au pouvoir depuis 2004 mais dont le deuxième mandat était de plus en plus contesté, et son remplacement par Joyce Banda. Mme Banda, vice-présidente, lui a succédé conformément à la Constitution alors qu’elle était passée à l’opposition en 2010. AFP