Partager

Dans le cadre des préparatifs du 4ème congrès ordinaire du RPM, parti présidentiel, le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta, a reçu les membres du Bureau Politique National le mercredi 19 octobre pour échanger avec eux sur la vie du parti. Le Président intérimaire, Boulkassoum Haïdara, lui a expliqué les raisons de la visite. Il s’agissait de lui demander des conseils, des orientations, dans le cadre de la tenue du congrès. IBK, très ému, selon certains participants, leur a demandé l’unité, la cohésion, et surtout l’engagement pour soutenir le pays à dépasser ce cap difficile de la mise en œuvre de l’Accord issu du processus d’Alger. Ensuite, il leur a clairement dit qu’il n’a pas de candidat et qu’il n’a aucune proposition à leur faire pour la composition du BPN. Avant de relever que personne n’est plus RPM que lui. Ensuite, il a magnifié le parti et le travail fantastique qu’il a abattu depuis sa création en juin 2001 jusqu’à son élection en juillet 2013.
Enfin, il a appelé le non de certains cadres pour mettre en exergue leurs faibles et leurs atouts. C’est ainsi que s’adressant à Tréta, il lui a demandé d’être fédérateur, d’être…, d’être…, d’être…Avant de lâcher : « Je n’ai rien contre Tréta. C’est un homme politique expérimenté… Je lui pardonne ». Voilà ce qui a fait éclater Tréta en sanglots. D’autres, en soutien à ce dernier, ont répété, nous a-t-on assuré, le même geste. Heureusement qu’IBK, réputé pour ses larmes faciles, a pu se retenir. L’émotion, nous a-t-on dit, était au rendez-vous.

Municipales 2016 : L’ADEMA disqualifié en CII, l’URD et les autres aussi

En commune II du District de Bamako, un boulevard semble s’ouvrir pour la liste RPM-CODEM. Et pour cause : le parti des Tisserands a saisi la justice afin d’annuler la liste ADEMA pour « rature, Blanco… ». Celle de l’URD-PARENA-FARE pour « signature non conforme et défaut de légalisation par l’autorité compétente ». Le juge de la commune II a rendu un verdict en faveur du parti présidentiel. Les autres ont immédiatement interjeté appel. Les regards sont donc tournés vers la Cour d’Appel. En attendant, la tension monte dans la commune des fondateurs de Bamako. A suivre.

Rassemblées par Chahana Takiou

24 Octobre 2016