Partager

Début de citation : « … De toutes les remises en cause que nous vivons, celle concernant le fait national, le rejet de ses expressions autoritaires et oppressives et le besoin de lui conférer de nouvelles significations, libératrices de l’homme constitue l’interpellation principale…

Le Pacte national exprime notre volonté commune de réaliser la paix, de vivre ensemble, de mieux vivre ensemble. Cet esprit a toujours prévalu sur la lettre, ce qui nous a permis dans un esprit de confiance mutuelle de toujours réajuster les délais et de ne pas être esclaves d’un texte…

Ceux des Mouvements et fronts unifiés de l’Azawad qui sont venus à la table de la paix le 11 avril 1992, n’en doutez pas, Mesdames et Messieurs, sont nos compagnons de route pour un Mali démocratique, pour la vie.

J’atteste pour beaucoup de leur ardent patriotisme. Nous ne ferons jamais la paix sans eux. Nous ne construirons jamais un Mali démocratique sans eux. Nous n’assurerons jamais le développement du Mali sans eux…

La solidarité nationale ne continuera à s’exprimer réellement et sainement que si les autres composantes de la nation ont le sentiment que celles pour lesquelles cela s’exprime font des efforts d’intégration et comptent d’abord sur leur travail et leurs efforts si minimes soient-ils donc le méritent…

Regardons tout autour de nous : partout où pullulent les armes, où on peut acheter aisément les armes, où chacun se promène avec son arme ; là aussi règnent le dénuement, la désolation, la mort, là aussi les villages et familles ont été détruits, de là aussi partent les réfugiés… Toute l’histoire de ce pays est celle d’une communauté de destin… » Fin de citation.

Extraits du discours du président Alpha Oumar Konaré prononcé le 28 mai 1994 à Koulouba devant les représentants des partis politiques, de la société civile, des représentants des Mfua, les notabilités du Nord, les Forces armées et de sécurité du Mali face à la recrudescence de l’insécurité dans les régions du Nord-Mali.

Par Zaki
(kidalinfo)

04 Avril 2008.