Partager

Le Parti pour l’action civique et patriotique (PACP) était face à la presse, le samedi 21 avril dernier. Le siège du parti, sis à Faladie, a abrité cette conférence de presse. La cérémonie était placée sous la présidence du président du PACP, Niakoro Yeah Samaké. Il avait à ses côtés le conseiller spécial, Ben Cherif Traoré et le secrétaire général du parti, Aboubacar Sidiki Fomba.

A l’entame le conférencier, Niakoro Yeah Samaké a félicité le médiateur de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) dans la crise malienne, le président du Faso, Blaise Compaoré pour la restauration de l’ordre constitutionnel après le coup de force des militaires le 22 mars dernier. « Je félicite la nomination du Docteur Cheick Modibo Diarra au poste de premier ministre avec plein pouvoir pour sortir de cette crise que vit notre pays » s’est a déclaré le patron du PACP. Il a également sommé le tout nouveau chef de l’exécutif à mettre le Mali au dessus de ses ambitions politiques. Pour le conférencier notre pays a besoin de l’unité pour surmonter les difficultés qui minent le quotidien des Maliens.

« Nous disons au premier ministre que les démarches pour retrouver l’intégrité de notre territoire incombent à tous les fils du pays » a-t-il ajouté. Yeah Samaké a affirmé que l’accord cadre signé entre la junte militaire et la CEDEAO comporte plusieurs insuffisances mais que malgré tout sa signature est un premier pas pour une sortie de crise. Se prononçant sur la conférence des forces vives du Mali à Ouagadougou, il a déclaré que seulement les points de convergence des parties prenantes ont été prises en compte dans la déclaration finale.

Le président du PACP s’est indigné de la mise du Mali sous tutelle de la CEDEAO car, pour lui notre pays doit être gérer par les Maliens. Sur la crise au septentrion il, a déclaré que les Maliens ne doivent plus dormir, les responsables politiques doivent mettre le Mali avant tout. C’est une grosse erreur de limiter la gestion de la crise malienne à l’organisation sous régionale. Il propose aux cadres maliens de servir la politique et non de vivre de la politique. « Il ne sert à rien de persister dans un semblant de pouvoir. Dioncounda Traoré doit démissionner après 21 jours au pouvoir » a conclu Yeah Samaké.

Boubacar PAITAO

L’Indépendant du 24 Avril 2012