Partager

Plusieurs Maliens pensent qu’aucun changement significatif ne verra le jour s’il ne part pas du sommet. Pour eux à quoi bon se lancer dans des projets pour sa localité, si on n’a pas le soutien de telle ou telle personne. Combien de fois avons-nous entendu ces refrains familiers en nous disant que nous n’y pouvons rien changer ! L’honorable ‘’DIARRASS’’ vient de remettre en cause cette vision de la majeur partie de nos responsables

. Le changement peut venir de la base, si elle est consciente de ses responsabilités. C’est ce qui vient d’être fait à Dioila par ‘’DIARRASS’’. Pour quelle raison nous accrochons-nous à cette croyance selon laquelle seul le sommet de la hiérarchie est capable d’initier le changement ? Sommes-nous simplement incapable à renoncer à notre esprit de vue. Comme quoi, tout doit venir de l’Etat ? En tout cas l’honorable ‘’DIARRASS’’ l’a fait. Quelqu’un d’autres ne l’avait pas fait avant lui. Malgré ces multiples programmes à l’Assemblée Nationale, au parti, et ses activités sociales, qui font de lui, un manager au quotidien, il pense toujours à son cercle natal. Quoi de plus normal pour un député que de songer à sa circonscription en terme d’infrastructures pour soulager les populations qui l’ont élu pour être leur porte-voix à l’hémicycle ? Le village de BOUYA situé à quelques Kilomètres de Dioila a bénéficié d’une nouvelle Mosquée pour remplacer la première construite en banco qui datait de 50 ans, et d’un centre de santé. Ce village aura comme retombée de ces réalisations, surtout l’élévation du niveau du plateau technique sanitaire pour le bonheur des populations de l’aire de santé de Bouya. Ce village bénéficiera très prochainement de trois salles de classe.

A Ngolobougou, le centre de santé a bénéficié d’un éclairage solaire pour améliorer les conditions de travail du personnel. Un médecin prendra prochainement, ce Centre en main. Dans ce CSCOM, l’électricité va chasser l’obscurité pour permettre le travail de nuit également. Ce village de Togo a eu un nouveau Centre de santé flambant neuf. Votre journal préféré a suivi les travaux de ce Centre du début à la fin comme le témoigne les photos suivantes. Plus de 10 000 personnes bénéficieront de cette infrastructure en termes de soins sanitaires après avoir attendu 20 ans sans espoir. Ce n’est pas tous les députés qui peuvent avoir cette capacité, de faire financer un CSCOM dans sa localité.

Dans les réalisations de l’honorable ‘’DIARRASS’’, les populations du village de Séguela ont été heureux d’avoir leur Centre de Santé Communautaire (CSCOM) grâce à la bonne initiative de l’honorable ‘’DIARRASS’’. Séguela bénéficiera bientôt avec l’aide du député ‘’DIARRASS’’, d’une école de trois salles de classe. A Massigui, sa commune natale, le CSCOM a bénéficié de l’éclairage photovoltaïque et d’un laboratoire d’analyse. Plus question pour les populations de parcourir 80 kms pour une simple analyse au centre de référence de Dioila. Tout cela n’est qu’un triste souvenir, car leur député a pensé à ses électeurs. Dioila, qui est le Chef-lieu de cercle n’a pas été oublié. En effet, la reconstruction en matériaux durable de l’ancienne mosquée a été faite. Cette fois-ci, la Mosquée a été reconstruite en dur pour de bon. Les Musulmans prieront désormais dans de bonnes conditions. Fana a été l’étape finale du chemin du développement, avec la visite des travaux de construction de 100 logements sociaux en partenariat avec l’ONG AL-FAROUK de l’Imam Konta.

En conclusion, ‘’DIARRASS’’ est un député tridimensionnel à savoir il est visionnaire, authentique, et courageux. Rares sont encore ces députés qui veulent mourir au champ d’honneur, à une époque ou le besoin d’assistance des populations se pose avec acuité. L’honorable Diarassouba, compte parmi ceux-là même qui mourront sur le champ d’honneur et du travail bien accompli.

Nous n’avons pas vu, un député bâtisseur, autant que ‘’DIARRASS’’ depuis l’avenement de la démocratie au Mali.

Badou S Koba

La Carrefour du 26 Janvier 2018