Partager

Le nouvel ambassadeur du Nigéria l’a affirmé après la présentation hier de ses Lettres de créance hier au président par intérim Dioncounda Traoré : «Le Nigeria est prêt à fournir à la CEDEAO l’effectif militaire qu’il faut pour intervenir au nord du Mali»

L’ambassadeur de la République du Nigéria, Son Excellence Ilya Ali Duniya Nuhu a présenté hier mardi 9 octobre, au président de la République par intérim, le Pr Dioncounda Traoré, ses lettres de créance. L’audience a eu lieu à la résidence présidentielle à l’ex-base aérienne. Après cette audience, le plénipotentiaire du Nigéria a rencontré des journalistes à sa résidence à la Cité du Niger. Occasion pour lui d’affirmer le soutien sans faille de son pays d’aider le Mali à recouvrer l’intégrité de son territoire. Le diplomate nigérian qui plaide pour une solution négociée a néanmoins laissé entendre que son pays est prêt à fournir à la force d’intervention de la CEDEAO l’effectif militaire nécessaire pour libérer le Mali.

Comme il est de tradition pour tout nouveau diplomate après sa prise de fonction, Son Excellence Ilya Ali Duniya Nuhu a été reçue hier matin en audience par la présidence par intérim Dioncounda Traoré, à qui il a remis ses lettres d’accréditation auprès de la République du Mali, avec résidence à Bamako. Le diplomate nigérian était accompagné de ses proches collaborateurs dont le consul du Nigéria au Mali. Après cette audience protocolaire, le représentant plénipotentiaire du pays le plus peuplé d’Afrique a rencontré des journalistes à sa résidence. Si la présentation de la lettre de créance est une tradition diplomatique, celle-ci a la particularité d’intervenir dans un contexte caractérisé par une crise sécuritaire sans précédent et surtout l’éventualité de l’envoi d’une force d’intervention internationale pour la reconquête des régions du nord.

L’envoi de cette force attend le feu vert du Conseil de sécurité des Nations Unies qui doit adopter une résolution dans ce sens. Cependant, cette intervention se fera sous la conduite de la CEDEAO au sein de laquelle le Nigéria est le pays le plus grand fournisseur d’effectif aux forces de maintien de l’organisation sous-régionale. Ce qui sera évidemment le cas avec la MICEMA qui doit intervenir au Mali. De ce fait, cette présentation de lettres de créance apparait donc comme un évènement important pour notre pays.

Pour Ilya Ali Duniya Nuhu, en tant qu’ambassadeur, sa venue au Mali s’inscrit avant tout dans une dynamique de renforcer la coopération bilatérale entre les deux pays et de réconforter le partenariat à travers les organisations internationales pour le bonheur des populations.

Il a ajouté que depuis des années, le Nigeria contribue aux différentes forces d’intervention pour le maintien de la paix à travers le monde : Bosnie, Haïti, Congo, Sierra Leone, Liberia, Gambie… Concernant notre pays, le diplomate dira » le Nigéria ne peut pas tolérer une situation d’insécurité au Mali. Le Mali a déjà souffert de cette situation de même que certains de ses voisins. Le Nigéria est donc prêt pour intervenir « . Cette intervention doit se faire à travers la CEDEAO et après le feu vert de l’ONU. « La CEDEAO est en train de procéder à des arrangements pour voir combien d’éléments chaque pays peut apporter à la force. Le Nigéria va assumer le quota fixé dans ce sens. Il est même prêt à aller au-delà en ajoutant un supplément si le besoin se feit sentir » a expliqué l’ambassadeur. Son Excellence a aussi laissé entendre qu’à cause de l’importance que son pays accorde au Mali, le Nigéria vient de nommer pour la première fois dans son ambassade à Bamako un attaché de défense.

Depuis son arrivée au Mali il y a quelques semaines déjà, SE Ilya Ali Duniya Nuhu a affirmé qu’il suit de près l’évolution de la situation. Pour permettre à notre pays de passer cette étape douloureuse, il a invité, en premier, la population malienne à être forte face à la crise et, en second lieu, il a appelé les responsables qui ont en charge la gestion de cette crise, à s’unir, à s’entendre, ce qui va réconforter la communauté internationale à agir vite. Cependant, il prévient que » même si la CEDEAO et l’ONU viennent si ceux qui sont chargés de gérer cette crise au Mali ne s’entendent pas, il n’y aura pas de solution ». Certes le Nigéria est prêt à fournir des troupes, mais le Nigéria n’est pas un va t-en guerre. Son diplomate de conclure : » la meilleure façon de régler le problème sera le dialogue et non par la guerre. Tout le monde voit comment la guerre détruit la Syrie. Nous ne souhaitons pas la même chose au Mali « .

Il faut signaler que dans le cadre du renforcement de la coopération entre les deux pays, le président du Nigéria, Goodluk Jonathan est attendu en visite au Mali la semaine prochaine.

Youssouf CAMARA

L’Indépendant du 10 Octobre 2012