Partager

Les responsables du Mouvement populaire du 22 mars ont, au cours d’une conférence de presse, dénoncé les manœuvres franco- africaines tendant à diviser le Mali et à protéger les leaders du Mouvement national pour la libération de l’Azawad, coauteurs des crimes de guerre notoires comme celui d’Aguel Hoc. Elle s’est déroulée dans les locaux de la radio Kayira, le lundi 11 février, à Djélibougou.

Les conférenciers regrettent qu’après trois semaines de «l’Opération Serval», les forces anéanties et vaincues du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) ont été soigneusement réintroduites au Nord- Mali avec l’aide de la France, du Burkina Faso et de la Mauritanie.
«Ils ont pris Kidal et narguent l’armée nationale en lui interdisant l’accès à Kidal. Ils répandent l’intoxication la plus effrénée sur de prétendues «exactions», «atteintes aux droits de l’homme» et un prétendu «génocide inévitable» contre les Touareg par l’armée malienne», ont- ils déploré avec véhémence.

Les leaders du Mouvement populaire du 22 mars (MP22) ont qualifié cette tentative de partition du Mali de complot franco- FDR- MNLA- MISMA.
«Les Maliens ont tous entendu le Pr. Dioncounda Traoré annoncer depuis Addis- Abeba, et sans consulter qui que ce soit, que le Mali est prêt à discuter avec le MNLA. Pourtant, les Maliens avaient également entendu auparavant les députés de l’Assemblée nationale, bien qu’elle soit illégale et illégitime, dénoncé de façon unanime cette idée de négociations. Dioncounda est désavoué dans son propre camp», ont dénoncé les responsables du MP22.
Par rapport à l’affaire des bérets rouges, ils estiment que les bérets rouges sont les bras armés de Dioncounda Traoré pour appliquer ce que les impérialistes lui ont toujours dicté : «éradiquer l’armée malienne» de toute volonté nationale et de tous ses éléments patriotes et en faire une armée de mercenaires à la solde des impérialistes.

Pour eux, avec l’évolution de la situation, les masques de la coalition franco- africaine de la MISMA et des apatrides du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR) commencent à craquer.
La conférence a été animée par le Pr. Rokia Sanogo, Pérignama Sylla, Mohamed Tabouré, Me Mariam Diawara.

Y.S

L’Inter de Bamako du 18 Février 2013