Partager

Suite à notre article intitulé : « le Pr. Amadou Touré accusé par le secrétaire général du SNESUP, le ministre de l’enseignement supérieur a mis la pression pour que sa femme soit admise avec seulement 6,85 de moyenne « , paru dans notre édition n°1895 du mercredi 13 février 2008, le ministre Touré a tenu à apporter deux précisions.

La première, c’est que les propos du Secrétaire général de SNESUP, Dr Abdou Mallé « sont dénués de tout fondement. C’est de la désinformation voire de l’intoxication pure et simple. C’est une manière de me diffamer afin de me distraire et de m’éloigner de mes objectifs. Le Secrétaire général du SNESUP se trompe donc lourdement de combat « .

La seconde précision du ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique consiste à dire qu’il assumera jusqu’au bout les positions affirmées.

Il s’agit de considérer l’activité pédagogique comme étant à la fois l’enseignement, l’évaluation, la correction des feuilles d’examen jusqu’à la proclamation des résultats. De plus, il persiste et signe que  » chaque fois que les enseignants déclenchent une grève, il y aura une rétention sur leurs salaires conformément à la loi « .

Il dit être ouvert au dialogue mais que ses interlocuteurs comprennent bien que l’Etat a des contraintes et des limites qu’il ne pourra jamais dépasser.


Chahana TAKIOU

15 février 2008.