Partager

Les travaux de réalisation de l’autoroute Bamako-Ségou sont arrêtés depuis le coup d’État du 22 mars dernier. Mais, ils pourront reprendre très prochainement. C’est le défi que le nouveau ministre de l’Equipement, des transports, du logement et de l’urbanisme, Mamadou Coulibaly, sur orientation du gouvernement Cheick Modibo Diarra, a engagé des pourparlers avec la partie chinoise dans ce sens. Pour s’enquérir de l’état du chantier, le ministre s’est rendu sur place, le mardi 8 mai.

L’autoroute (RN6) devant relier Bamako à la capitale des balanzans sur plus de 240 Km sera l’un des projets majeurs dans la desserte de notre pays. Ce gigantesque chantier lancé le 25 octobre 2010 à Ségou a été interrompu, à l’image de beaucoup d’autres projets routiers, à la suite des évènements de mars dernier.

Mais l’espoir est permis car les choses pourraient reprendre plutôt que prévu. Cette bonne nouvelle a été annoncée par le ministre de l’Equipement, Mamadou Coulibaly lors de sa visite sur le chantier. Pour la circonstance, il était accompagné de plusieurs de ses proches collaborateurs dont le Directeur national des routes, Issa Assimi Diallo, celui des Domaines et du cadastre, M. Abdoulaye Imirane Touré, ainsi que le maire de la Commune VI, Souleymane Dagnon.

La visite a concerné les locaux de l’entreprise chinoise en charge de la réalisation de l’autoroute, la Société nationale chinoise des travaux, les ponts et chaussées à Baguinéda au bord de la route. Le ministre et sa délégation ont également visité deux importants ponts démolis et qui attendent d’être reconstruits aux environs de Sadiouroubougou et à l’entame de la «Faya».

Le ministre Mamadou Coulibaly a indiqué qu’il était venu s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de réalisation de cette voie. Il s’agit, selon lui, d’un chantier qui entre dans le cadre du partenariat historique entre le Mali et la Chine. Cette coopération dynamique est aujourd’hui vieille de plusieurs décennies entre les deux pays, a-t-il soutenu.

Quant aux travaux qui sont suspendus depuis quelques semaines, le ministre a assuré que des pourparlers sont en cours et en bonne voie entre les deux parties pour la reprise. Il espère que les partenaires chinois ne tarderont pas à reprendre les travaux de ce chantier très crucial pour le désenclavement de notre pays.

Le nouveau gouvernement, depuis sa mise en place, est très engagé pour désamorcer tous les obstacles qui tardent la bonne reprise des travaux. Une première réunion a déjà eu lieu entre le département et les responsables chinois et la deuxième s’est déroulée hier mercredi.

Ce corridor est très important, selon le ministre, dans le programme de désenclavement de notre pays et de celui des régions nord en particulier. Pour cela, tous les efforts seront mis dans la balance pour relever ce défi.
Pour ce qui est du dispositif sécuritaire pour les parties dégradées de cette route, le ministre a fait savoir qu’il s’organise pour minimiser les risques d’accidents. C’est pourquoi d’ailleurs, la délégation a pris le soin de se faire accompagner par les services techniques chargés de ce volet, les mairies des Communes VI de Bamako et de Baguinéda, le gouverneur du district de Bamako, les hauts fonctionnaires de Défense des départements concernés.
Pour rappel, la signature de l’accord de prêt relatif au financement des travaux de réhabilitation de la route Bamako-Ségou (phase1) entre le Mali et la Chine a eu lieu le 17 décembre 2010 à Bamako.

Les travaux sont financés par l’Eximbank de la Chine à travers un mécanisme basé sur le contrat commercial signé en décembre 2009. Il prévoit la mise en œuvre du projet en deux phases.

Une première relative à la réhabilitation et à l’élargissement de la route en 1×2 voies pour un montant estimé à 148 633 162 dollars Us et une seconde concernant la construction d’une nouvelle route en 1×2 voies parallèle à la route existante en section courante avec le contournement de toutes les grandes agglomérations pour un montant estimé à 21 714 429 dollars Us.
Pour ce qui est de l’état d’avancement des travaux, on retient avec la note technique élaborée par les responsables du projet que la base de vie de l’entreprise à Baguinéda est terminée et fonctionnelle. L’installation de l’entreprise se poursuit avec l’amenée du matériel et des équipements.

Le dossier d’exécution à été approuvé sur une section de 10 km entre le K15+00 et K25+00. Le dossier d’exécution du K25 au K45 est en cours d’approbation. La section urbaine du K0+00 au K7+00 est en cours d’études. Les travaux de débroussaille et décapage en cours sur cette section sont terminés sur 3 Km environ et les terrassements sur 1 km environ. La démolition des ouvrages au K18 et K37 est terminée. L’approbation des plans d’exécution des ouvrages devant le remplacer est en cours. C’est à ce niveau que l’entreprise a arrêté l’exécution des travaux à la suite des événements 22 mars 2012.

Youssouf Camara

L’Indépendant du 10 Mai 2012