Partager

« Mieux vaut voir une fois que d’entendre cent fois ». Le Ministre de l’Agriculture, Tiémoko Sangaré faisant sienne cette sagesse populaire, s’est rendu, sur le terrain, le week-end dernier, à Kita et Manantali pour constater l’évolution des travaux de deux projets majeurs du département, à savoir le Projet de développement Intégré en Aval de Manantali (PDIAM) et le Projet de Développement Intégré du cercle de Kita (PDRIK). Le PDIAM est financé à hauteur de 15 milliards de FCFA et le PDRIK pour plus de 11,6 milliards de FCFA. Ces deux projets, situés dans la région de Kayes, doivent permettre, entre autres, la réalisation de périmètres irrigués, des infrastructures routières, des écoles, CESCOM…

Après la zone Office du Niger, Baguinéda et Sélingué, le ministre de l’Agriculture poursuit sa visite de prise de contact avec certains projets et programmes majeurs de son département. A Manantali, première étape de sa visite, le Professeur Tiémoko Sangaré s’est rendu dans le périmètre maraîcher des femmes de Manantali.

Ce périmètre, d’une superficie de 5 hectares, est aménagé par le PDIAM. Il fonctionne 12 mois sur 12 grâce à un système de pompage qui alimente en eau 22 bassins de près d’un mètre pour permettre aux femmes de puiser de l’eau et arroser sans peine leurs parcelles. La centaine de productrices qui exploitent le périmètre ont su tirer leur épingle du jeu en instaurant une gestion saine et rigoureuse qui a permis de ravitailler régulièrement la zone en produits maraîchers et de réduire le coût des condiments.

Résultat : plus question pour les habitants de la zone d’aller chercher de la salade jusqu’à Kita. Le ministre de l’Agriculture, visiblement impressionné par le courage de ces femmes, les a exhortées à redoubler d’efforts pour soulager les besoins toujours pressants de la localité.

La délégation ministérielle s’est, ensuite, rendue dans la zone d’aménagement du PDIAM. Ici, 1562 hectares repartis en deux périmètres (B et GH) sont en train d’être aménagés en maîtrise totale par l’entreprise tunisienne Etap/Kilani.

Dans le périmètre B où 682 hectares sont en train d’aménagés, le ministre et sa délégation ont visité, tour à tour, le point de raccordement des aménagements au barrage de Manantali, l’ouvrage du pont de Dialakoto, l’étang piscicole aménagé, les ouvrages réservoirs, les canaux primaires et secondaires et le champs du vieux cultivateur Massa Dembélé. On constate que les travaux sur ce périmètre sont presque achevés avec un taux d’avancement de 98%. Il ne reste que les travaux de finition que l’entreprise promet, d’achever d’ici au 30 novembre 2008. Le coût d’aménagement de ce périmètre s’élève à près de 7 milliards de francs CFA, soit environ 9 millions de francs par hectare.

Dans le périmètre GH où la délégation ministérielle s’est rendue dans l’après-midi, le taux d’avancement pour les 870 hectares que couvre le périmètre est estimé à 22,8%. A ce jour, l’avancement global des travaux sur les deux périmètres est estimé à 67%.

Les travaux qui devraient initialement achevés en avril 2007, ont accusé un retard de cinq mois. Ce retard explique, selon le chef de la mission de contrôle, Bel Harbie Abdel Kader, par plusieurs raisons : des problèmes techniques liés à la nature rocheuse du sol, des problèmes liés à la mauvaise qualité des routes qui n’ont pas permis le transport deu matériel à temps, le retard dans le démarrage même du projet et des problèmes de trésorerie auxquels le projet est confronté aujourd’hui.

Pour débloquer la situation, l’entreprise exécutrice promet de mobiliser depuis son siège à Tunis, la somme de 800 millions de francs CFA pour diligenter les travaux afin de respecter le dernier de délai de 30 novembre 2008 qu’elle-même a promise au ministre pour l’achèvement total des travaux.

Le Professeur Tiémoko Sangaré a, de son côté, exhorté l’entreprise Etap/Kilani à tout mettre en œuvre pour le respect de ce délai.

« Au ministère de l’Agriculture, nous avons des missions et des objectifs chiffrés à atteindre pour augmenter la production à 10 millions de tonnes d’ici à 2012. Ce projet (le PDIAM NDLR) occupe une place de choix dans la programmation globale du département pour l’atteinte de ces objectifs. C’est pourquoi, je veillerai à être ici personnellement, le 30 novembre prochain, pour constater que tout est effectivement achevé » a-t-il martelé.

Après Manantali, le ministre et sa délégation ont entamé la deuxième étape de leur visite dans le cercle de Kita. Ici, Tiémoko Sangaré a procédé d’abord à l’inauguration du CSCOM de la commune de Kofèba. Un CSCOM construit en 2006 par le Projet de Développement Rural Intégré du cercle de Kita (PDRIK) et qui couvre 29 villages.

Le CSCOM a été équipé grâce au concours du Médecin-chef en partenariat avec l’UNICEF. En plus du CSCOM, le PDRIK a construit deux puits à grand diamètre et réhabilité tous les anciens puits de la localité.

Autre réalisation du PDRIK visitée par le ministre et sa délégation, l’école de Farabala dans la ville de Kita. Cette école comporte deux blocs de 6 classes dont 4 sont fonctionnelles aujourd’hui. Que ce soit au CSCOM de Kofèba ou à l’école de Farabala, les doléances sont les mêmes : la clôture et l’approvisionnement en eau des réalisations.

Le Ministre a terminé sa visite à Toufinko, un hameau situé dans la commune rurale de Sirakoro à 73 km de Kita. Encadré par le PDRIK, ce hameau de 500 habitants a pu réaliser une production assez impressionnante durant cette campagne agricole grâce aux aménagements réalisés par le projet : près de 230 tonnes de céréales dont 203 tonnes en riziculture.

Au vu de ces résultats satisfaisants, le ministre Sangaré a félicité les responsables du PDRIK et a appelé les producteurs à redoubler d’efforts afin de dépasser ce cap pendant les campagnes à venir. Il dit ,enfin, avoir pris bonne notes des doléances des producteurs. Il s’agit, entre autres, de l’achèvement des travaux d’aménagement du bas-fonds, la construction d’une école avec forage et d’un centre d’alphabétisation.

Youssouf CAMARA

08 Février 2008.