Partager

Le ministre kényan de la Sécurité intérieure George Saitoti, candidat à l’élection présidentielle et responsable-clé dans la lutte contre les islamistes somaliens, a été tué dimanche dans l’accident, aux causes encore indéterminées, de son hélicoptère, ainsi que cinq autres personnes à bord. Parmi les victimes se trouvent également la pilote Nancy Gituanja, son co-pilote et deux gardes du corps, a ajouté le vice-président kényan Kalonzo Musyoka sur les lieux de l’accident. Les responsables gouvernementaux n’ont pas évoqué de cause possible de l’accident de l’appareil, qui s’est écrasé à 08h30 locales (05h30 GMT) dans la forêt de Kibiku, dans les collines de Ngong proches de Nairobi, peu après avoir décollé de Nairobi à destination de l’ouest du Kenya pour un événement officiel. Des enquêteurs s’exprimant sous couvert d’anonymat auprès de l’AFP ont dit privilégier à ce stade la thèse du mauvais temps en raison du brouillard, voire d’un problème mécanique. Les islamistes somaliens shebab « se sont félicités » pour leur part de la mort de Saitoti, sans en revendiquer la responsabilité, dans une série de messages postés sur leur compte officiel twitter. AFP