Partager

L’enceinte de la direction administrative et financière du ministère de l’agriculture a servi de cadre aux activités de lancement de la campagne agricole 2013-2014. La cérémonie était présidée par le ministre de l’agriculture, Baba Berthé. Il était entouré, pour la circonstance, du président de l’assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola et du commissaire à la sécurité alimentaire, Sidi Yaya Diaby.

C’est à travers un point de presse que les responsables de l’agriculture ont décidé cette année de célébrer le lancement de la campagne agricole 2013-2014.

Pour les spécialistes de l’agriculture, le plan de campagne agricole est la combinaison d’un ensemble d’activités, de ressources et de stratégies cohérentes destinées à atteindre les objectifs de sécurité et de souveraineté alimentaire ainsi que de réduction de la pauvreté.

Selon le ministre Baba Berthé, l’environnement dans lequel le plan a été élaboré était marqué par la gestion des conséquences de la crise politico-sécuritaire que le Mali a connue, la mise en œuvre de la feuille de route du gouvernement pour la transition

Pour le ministre Berthé, le plan de campagne agricole 2013-2014 s’articule autour de sept principaux programmes d’intensification agricole, à savoir: le riz, le maïs, le blé, le mil/sorgho, le niébé et le coton. Ces programmes comportent des activités d’accompagnement entre autres: recherche agricole, aménagements hydro-agricoles; protection des cultures contre les insectes nuisibles dont le criquet pèlerin; le contrôle de qualité; la production de semences, la promotion des filières agricoles.

Cette année e la production céréalière attendue est de 7 590 690 tonnes contre 6 674 427 tonnes en 2012-2013, soit une augmentation de 14%. Pour la production de coton graine, il est attendu cette année 522 000 tonnes contre 453 822 tonnes la campagne écoulée, soit une augmentation de 12,7%.

Selon le ministre, l’excédent céréalier commercialisable attendu est estimé à 2 350 126 tonnes et, a assuré Baba Berthé, les objectifs planifiés seront atteints grâce aux efforts que les acteurs déploieront tout au long de la campagne.

Pour la subvention des intrants agricoles, le Ministre a déclaré que cette année le gouvernement a accepté de subventionner les intrants agricoles (engrais et semences de maïs hybride) à hauteur de 35 milliards de francs CFA. Cette somme permet d’acquérir 300 tonnes de maïs hybride et 341 319 tonnes d’engrais minéraux et organiques.

Pour la gestion de ce montant le ministre Berthé est formel « Je voudrais insister sur la nécessité de bien gérer la subvention afin qu’elle produise les effets escomptés. Donc, pour cela il faut démanteler tous les réseaux de fraude et de tentatives de fraude mis en place par les agents et les fournisseurs d’engrais et les réprimer conformément à la loi ».

Il a recommandé, de ne délivrer les cautions techniques qu’aux seuls producteurs dont les superficies ont été vérifiées par les agents d’appui conseil, de mettre en place à temps les engrais de qualité au niveau des bassins de production, de respecter les doses d’engrais recommandées par la recherche agricole.

L’occasion était bonne pour le ministre de répondre à ses détracteurs « Je n’appartient à aucun parti politique. Ceux qui disent qu’ils me voient par ci ou par là, je dis à ceux-ci que l’agriculture ne se fait pas dans un bureau. Je serai à Bamako pour les besoins administratifs, sinon pour le bonheur de l’agriculture je dois être dans la campagne ».

Boubacar PAITAO

17 Juin 2013.