Partager

Aux pas de course, le ministre de la Défense et des Anciens combattants Coulibaly s’est rendu sur le terrain le dimanche 19 juin dernier pour donner une impulsion au démarrage de la formation commune de base dans les centres de Markala, Bapho, Tibi et Koutiala. La démarche lui a permis de se rendre compte de l’étendue de la mission et de discuter sincèrement avec les nouvelles recrues et leurs encadrements.tieman_hubert.jpg

Première étape de cette tournée, le centre de formation de Markala. Ici, l’effectif est de 747 recrues parmi lesquelles 320 filles. Ils se forment présentement aux rudiments du métier des armes. Il s’agit du contingent 2015 entré le 1er juin 2016. Présentant le centre, le directeur, le capitaine Amadou Kassambara, notera que les difficultés sont moindres, mais plaidera pour la rénovation des infrastructures. « Nous sommes déterminés à mener cette mission », a-t-il assuré.
Non loin de Markala, le ministre a pu constater l’effectivité de la formation dans le centre de Bapho. La ferveur est visible dans les gestes des 497 apprenants présents sur les 500 attendus dans ce centre qui allie formation militaire et professionnelle. Le décor laisse apparaître un besoin d’alimentation en eau qui sera réglé dans un bref délai.
Le centre dispose d’un dispositif médical satisfaisant. Et rien ne s’oppose à la bonne tenue de la formation dont les premiers cours ont commencé avec la mise en condition, la corvée et la maîtrise de l’hymne national.
L’étape de Tibi dans le cercle de San a été très bénéfique. Le ministre, en plus de partager un repas avec les nouvelles recrues au nombre de 737, s’est imprégné des imperfections à corriger sur le site. Le directeur du centre, le capitaine Guindo, a fait un état des lieux au ministre sans oublier la parfaite cohabitation avec la population de la zone.
Au nombre des besoins cités par le responsable du centre, le ministre Coulibaly a donné séance tenante des instructions fermes avec un début de solution dès cette semaine. Créé en 2012, le centre de formation de Tibi en est à sa 5e promotion avec la particularité d’être à cheval entre Sévaré et Ségou.
Dans le centre de formation de Koutiala, le cadre est propice à un bon apprentissage pour les 721 recrues. C’est le 6 juin dernier que le centre a démarré ses activités avant l’arrivée des soldats le 10 du mois. Première mesure de rigueur avant la formation commune de base, la fouille qui a permis de retirer tout objet non autorisé.
Le commandant du centre, le capitaine Samba Sissoko, peut s’estimer heureux d’avoir un endroit propice à la pratique militaire. Autre point de satisfaction, la mise à disposition d’espaces par les villages voisins pour les besoins du centre.

La rigueur prônée
Presque militaire dans ses instructions, le ministre Tiéman Hubert Coulibaly a d’abord transmis les salutations et encouragements du chef suprême des armées, Ibrahim Boubacar Kéita aux nouvelles recrues.
« Vous commencez maintenant la formation qui devra faire de vous les soldats du Mali, le rempart de la République et l’espoir de la nation. Le contingent 2015 est celui de tous les espoirs. L’espoir de la marche reprise vers les victoires, le succès et le renouveau de l’action de notre armée en faveur du développement de notre pays. Vous allez bientôt après cette formation faire partie d’une armée qui devra servir non seulement notre nation, mais aussi notre sous-région et l’ensemble du continent africain et ailleurs. Cela nécessite que vous soyez bien formés. Soyez à la tâche tous les jours avec assiduité, concentration, dignité et honneur pour qu’à la sortie vous puissiez être les véritables porteurs des espoirs. Vous devez être forts moralement et physiquement », a-t-il prodigué.
On faire le constat de l’utilisation hasardeuse par les pensionnaires de certains médicaments qui, selon le ministre, doit immédiatement cesser dans les centres de formation. « Que les visites médicales à l’arrivée soient sans complaisance. Quelles soient draconiennes », a recommandé le ministre de la Défense et des Anciens combattants à l’encadrement qui est déjà parvenu à mettre la main des médicaments retrouvés sur les soldats en formation.
L’occasion pour le chef du département de la Défense d’exhorter l’encadrement au plus grand professionnalisme : « Vous avez le devoir d’inculquer aux jeunes qui sont sous votre responsabilité les valeurs de l’armée, les valeurs de la République et les valeurs cardinales qui font qu’un citoyen tels que ceux qui sont là entrant dans le métier des armes à chaque instant de leur vie seront dédiés à la défense de sa patrie et de son territoire et au respect de ses institutions ».
Et au ministre de réitérer le message du président de la République, chef suprême des armées qui suivant ses propos, compte sur le professionnalisme des encadreurs. « Sachez que ceux qui sont aujourd’hui placés sous votre commandement, constituent l’espoir de notre marche vers les victoires futures. Aidez ces jeunes à être des hommes accomplis », a-t-il insisté.
Le ministre ne s’est pas limité à donner des instructions, il a pu faire le tour des installations, dortoirs, restaurants et autres commodités de différents centres. Une approche qui pourrait l’aider dans le cadre de l’application de la Loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM), une réforme majeure pour le renouveau de l’armée malienne.

Alpha Mahamane Cissé
Envoyé spécial

L’Indicateur du Renouveau du 21 Juin 2016