Partager

Le statut d’ultra-favori du dossier trans-américain n’y change rien: le Maroc a annoncé vendredi repartir pour une cinquième campagne de candidature à l’organisation du Mondial de football, pour l’édition 2026. « Le Maroc considère qu’il est capable d’organiser une Coupe du monde. On a les infrastructures nécessaires en terme de stades, de transports, de capacité hôtelière et sanitaire », nous a affirmé le ministre marocain de la Jeunesse et des sports, Rachid Talbi Alami. Par ailleurs, le pays a multiplié les candidatures à d’autres compétitions pour baliser le terrain à l’organisation d’un Mondial. Battu lors des campagnes pour l’organisation des Coupes du monde 1994, 1998, 2006 et 2010, le Maroc a été impliqué dans les affaires de corruption ayant frappé l’instance mondiale du football. En mars 2016, la FIFA a ainsi reconnu que le royaume avait donné des pots-de-vin à l’ancien président de la Concacaf, la Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes, en échange de sa voix pour l’organisation des Coupes du monde 1998 et 2010.AFP.