Partager

Chômage technique des industries, restaurants cuisinant sur un feu en plein air, épiceries éclairées à la bougie… Faute d’électricité, les Zimbabwéens ont recours au système D pour s’en sortir, inquiets de voir la fragile reprise économique du pays menacée. Pour couvrir ses besoins énergétiques, le Zimbabwe a besoin de 2.200 mégawatts par mois mais il ne dispose aujourd’hui que de 1.200 MW, importations comprises. Selon le ministre des Finances Tendai Biti, le Zimbabwe devrait pouvoir bénéficier de 1.650 MW dès 2011 grâce à la rénovation de plusieurs centrales. Pour augmenter les capacités de la principale centrale à charbon d’Hwange et de la centrale hydroélectrique de Kariba, le gouvernement prévoit un investissement de 800 millions de dollars mais le financement n’est pas bouclé. En attendant, « l’écart (entre l’offre et la demande) s’accroît car l’économie commence à se redresser », souligne le porte-parole de la compagnie nationale d’électricité (Zesa) Fullard Gwasira. AFP.