Partager

BAMAKO (AFP) – (AFP) – Le Mali a saisi l’Afrique de l’Ouest d’une demande d’appui pour sortir de la crise, perçue comme un pas important pour récupérer le nord du pays aux mains des islamistes, mais Bamako est resté prudent sur la question du déploiement d’une force régionale.

« L’aide demandée auprès de la Cédéao porte essentiellement sur la sécurisation des institutions de la transition, la réorganisation des forces armées et de sécurité, la restauration de l’intégrité territoriale du Mali », a indiqué la présidence ivoirienne, Alassane Ouattara étant le président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

« La mission de la Cédéao au Mali pourrait déployer un détachement de liaison et d’observation, à l’exclusion du déploiement d’unités de police constituées ou de forces militaires combattantes », a-t-elle souligné dans un communiqué.

Plus tôt dans la journée, le secrétaire général de la présidence malienne Baba Berthé, en visite à Abidjan, avait espéré que la négociation rende une intervention militaire « sans objet ».

« En revanche, si les négociations en cours n’étaient pas concluantes, évidemment, il faudrait envisager cette option militaire », a-t-il ajouté.

La Cédéao prépare depuis plusieurs mois le déploiement au Mali d’une force de quelque 3.300 soldats, dont les contours demeurent flous. Elle avait précisé attendre une demande formelle de Bamako et un mandat du Conseil de sécurité de l’ONU.

Baba Berthé s’exprimait au lendemain de l’annonce par un diplomate français d’une demande « formelle » du président malien de transition, Dioncounda Traoré, pour une intervention militaire ouest-africaine pour reconquérir le nord du Mali, trois vastes régions depuis cinq mois aux mains des islamistes.

Jusqu’à mercredi soir, l’annonce de cette requête n’avait toutefois pas été confirmée officiellement à Bamako.

Pour sa part, le président Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, a affirmé mercredi que le Burkina Faso serait « très disponible » en cas d’intervention des troupes de l’Afrique de l’Ouest pour reconquérir le Nord-Mali.

A Bamako, le Front uni pour la défense de la République et de la démocratie (FDR), coalition contre le coup d’Etat militaire du 22 mars au Mali, s’en est aussi réjoui, parlant d’une « décision courageuse ». Il a exhorté la Cédéao, l’Union africaine et l’ONU « à traiter rapidement » la demande malienne pour permettre de libérer le nord du Mali.

Le parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (Sadi), membre du front anti-putsch MP22, l’a, lui, dénoncée : « Nous ne sommes pas pour une intervention étrangère » mais pour « une libération du nord avec, au centre, nos forces armées, a affirmé un de ses responsables, Nouhoum Keïta.

Pour la France, « cette demande des autorités maliennes est une étape indispensable pour envisager l’appui international ».

A New York, le nouveau président du Conseil de sécurité, l’ambassadeur allemand Peter Wittig a indiqué qu’il revenait aux « acteurs africains », en particulier la Cédéao, de saisir le Conseil de l’envoi d’une force panafricaine et de lui fournir des précisions sur cette force.

Selon Radio France Internationale (RFI), qui cite des extraits de la lettre du président malien, M. Traoré « demande un renforcement des capacités antiterroristes », mais aussi « un appui aérien et l’envoi de cinq bataillons à partir de la ligne de front qui +seront graduellement engagés pour contrôler les villes reconquises+ ».

Mi-août, l’armée malienne avait déjà prévenu que cette force régionale ne s’occuperait pas de la sécurité des institutions à Bamako et que, pour la reconquête du nord, « les autres viendront en appui, surtout en aviation, en logistique ».

Mercredi, un proche du capitaine Amadou Sanogo, le chef des putschistes du 22 mars, a rejeté toute idée de « troupes de la Cédéao » au Mali dans un entretien à RFI. L’armée malienne souhaite « un soutien logistique et du renseignement par rapport à la libération du nord », a dit ce proche, Bakary Mariko.

Parallèlement à la préparation de la force, la Cédéao a entamé des discussions avec certains des groupes armés présents à Kidal, Gao et Tombouctou (nord) pour résoudre la crise malienne née du putsch du 22 mars contre le président Amadou Toumani Touré (ATT), coup d’Etat ayant précipité la partition du pays.

Aujourd’hui, les islamistes extrémistes ont évincé leurs ex-alliés rebelles touareg et contrôlent tout le nord du Mali ainsi que Douentza, ville stratégique de la région de Mopti (centre) prise sans combat le 1er septembre.

Des armes de guerre achetées par le régime d’ATT à la Bulgarie, et arrivées à Conakry le 27 juillet, ont été retenues par la Guinée en accord avec la Cédéao, a indiqué mercredi à l’AFP le ministre guinéen délégué en charge de la Défense, Abdoul Kabélé Camara.

© AFP – le 06/09/12 – 00:09


Mali: la grogne des ex-putschistes contre l’envoi de soldats étrangers

Le président malien de transition, Dioncounda Traoré, a signé, mardi 4 septembre, la requête en faveur d’un soutien militaire de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Elle a été formellement transmise par un émissaire du président malien au chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, président en exercice de la Cédéao. Dans la journée du mercredi 5 septembre, la classe politique malienne et les représentants des ressortissants du nord se sont dits majoritairement favorables à une telle contribution. En revanche, du côté des militaires de l’ex-junte, toujours repliés dans leur quartier général de Kali, la grogne était manifeste.

Une requête bien accueillie

jpg_une-1030.jpgL’annonce de cette requête présentée par les autorités maliennes, pour sortir le pays de la crise, a d’abord été applaudie, des deux mains, par le COREN, le Collectif des ressortissants du Nord.

Ce mouvement y voit un moyen de repartir à la conquête des trois régions occupées par les groupes armés. Pour Maître Ibrahim Maïga, chargé des questions internationales et juridiques au COREN, c’est une très bonne chose.

Maître Ibrahim Maïga, Chargé des questions internationales et juridiques au Collectif des ressortissants du Nord (COREN) : “Nous souhaitons que, très rapidement, l’armée du Mali, appuyée par l’armée de la Cédéao, soit sur le terrain”.

Satisfaction également du côté du Front uni pour la Défense de la République et de la Démocratie (FDR). Une réaction sans surprise, puisqu’il y a déjà deux jours, cette coalition de partis opposés au coup d’Etat du 22 mars avait demandé, dans un communiqué, qu’une intervention, pour libérer le nord, soit, très vite, envisagée.

Joint par RFI, Mamadou Ladji Cissé, porte-parole adjoint du FDR, exhorte le président Dioncounda Traoré à « s’impliquer personnellement pour l’aboutissement de cette requête » et insiste sur l’importance d’agir.

Mamadou Ladji Cissé, Porte-parole adjoint du FDR : “Le plus important, pour le Mali, c’est la reconquête du nord”

«Il faut débloquer nos armes».Du côté de Kati, le capitaine Sanogo a fait savoir, quant à lui, que l’armée n’acceptait pas l’envoi de cinq bataillons pour sécuriser les villes du nord, après leur libération. « Nous ne voulons pas de soldats de la Cédéao sur notre sol » a déclaré, sur RFI, un des porte-parole du capitaine, Bakary Mariko. En revanche, l’ex-junte se dit favorable à l’envoi de formateurs et d’appui logistique, notamment aérien.

Bakary Mariko tient également et surtout à souligner que l’ex-junte demande le déblocage des armes qui ont été achetées par le régime du président malien renversé, Amadou Toumani Touré, et qui sont retenues, depuis fin juillet, par des pays de la Cédéao, notamment la Guinée et le Sénégal. « Nous demandons à la Cédéao qu’elle libère nos armes », a déclaré Bakary Mariko.

Bakary Mariko, Porte-parole du capitaine Sanogo : « On a les hommes capables de faire le travail mais il nous manque du matériel, et la Cédéao bloque notre matériel parce qu’elle veut intervenir »

RFI, le 06/09/2012