Partager

Politicaillerie : pour libérer le nord: Le Mali fera la guerre

Le PM.PP Cheick Modibo Diarra l’a fait savoir aux troupes du camp Amadou Cheickhou Tall de la zone de défense N°2 du Mali. C’était au cours d’une visite de prise de contact avec les bidasses et s’enquérir de l’état moral et des conditions qui sont les leurs.

La déclaration de guerre du PM PP résulte de la conjonction d’un certain nombre d’événements et de décisions allant dans le sens d’une géopolitique sous-régionale et régionale avec comme prolongement une vision géostratégique à l’échelle internationale « J’ai dit que je ne suis pas pour la guerre, car c’est la guerre qui fait d’un enfant un orphelin, c’est la guerre qui fait d’une femme une veuve. Mais, quand on aime son pays, il faut le libérer même s’il le faut par la guerre, une guerre qui mettra fin à la guerre pour toujours. Une guerre qui ouvrira la porte à la paix et à la sécurité, parce que sans paix il ne peut pas y avoir de sécurité et sans sécurité il n’y aura pas de prospérité pour cette nation » a déclaré le chef du gofernement de transition devant le commandement militaire et les éléments du camp de Ségou.

Selon CMD trois priorités sont non-négociables à savoir : le recouvrement de l’intégrité du territoire, la sécurisation des personnes et leurs biens sur l’ensemble du territoire par les forces armées et de sécurité ; le redéploiement de l’administration centrale dans tout le pays. Aussi, selon toujours le chef du gofernement de transition, les négociations se feront dans le cadre de la décentralisation sur la base de ce que l’Etat pourra concéder. C’est dire que par avance, les autorités rejettent toutes les prétentions fallacieuses à l’ordre du jour des renégats, de leurs commanditaires et alliés.

Pour mieux appréhender la décision de mener une guerre sans merci contre les envahisseurs, il faut décrypter l’environnement géopolitique global. En effet, la tentative médiatique de fusion-absorption MNLA-Ançar Dine s’est soldée par un flop sans précédent sous la pression des soutiens extérieurs du MNLA.

Les soutiens qui s’étaient résolus à mener une guerre par procuration contre Aqmi par MNLA interposé ; ne peuvent pas, par conséquent, accepter une alliance contre-nature avec ANSAR DINE dont-ils savent les liens avec Aqmi. Cependant, les bandits se sentent orphelins dans la mesure où l’Etat malien contrairement à ses habitudes n’a pas prêté le flanc ; en tout cas pas encore à des négociations-arnaques dont ils sont coutumiers. Ils vivent un sale temps face aux populations locales décidées à riposter par divers moyens ; aussi les ravisseurs d’otages n’ont pas d’inter-médiateurs pour rentabiliser leurs business.

Au plan régional l’Union Africaine se propose de porter le dossier du septentrion devant le Conseil de sécurité des Nations Unies pour la constitution et l’envoi d’une force d’intervention africaine sur le modèle somalien.

A ce sujet la CEDEAO est en phase avec l’UA qui compte impliquer le pays du champ non membres de l’organisation sous- régionale à savoir la Mauritanie et l’Algérie.

Le président en exercice de l’UA le Béninois Thomas Yayi Boni en fait une priorité politique et diplomatique suite à la rencontre qu’il a eue à l’Elysée avec le Président français, François Hollande favorable à un soutien logistique, mais dans le cadre des Nations Unies. Dans le même registre, le représentant en Afrique de l’Ouest du Secrétaire général de l’ONU Saïd Djinnit a rencontré, cette semaine, les autorités mauritaniennes qui se disent prêtes à apporter leur soutien à une telle force. La position de la Mauritanie est une avancée quand on sait que ce pays voisin abrite le siège des prédateurs narco transitaires devenus infréquentables. La communauté internationale ne désespère pas du Président algérien Abdel Aziz Bouteflika dans la guerre au Sahara contre le terrorisme.

Déjà des pays comme la Côte D’Ivoire, le Niger, le Nigeria, le Sénégal ont dénombré leur contingent.

Comme on peut le constater la déclaration de guerre du PM Cheick Modibo Diarra tombe au bon moment. En recevant le représentant résident de la CEDEAO Chaka Aboudou Touré à la primature, CMD avait exhorté la CEDEAO à rapprocher l’UA pour saisir le conseil de sécurité de l’ONU du dossier du Nord- Mali. Ceci, en vue d’une résolution à l’effet d’envoi d’une force d’intervention africaine. C’était avant de se rendre à Ségou pour rencontrer les troupes du camp Amadou Cheickhou Tall.

L’armée malienne fera la guerre, sa guerre. Elle sera aux avant-postes décidée à laver à jamais l’humiliation subie par toute une nation. C’est une armée reconstituée et équipée avec le moral au top niveau, qui s’engagera à payer le prix du sang pour faire respecter une bonne fois pour toute l’intégrité du territoire et décourager à jamais toute velléité d’atteinte à notre souveraineté. CMD est en phase avec les forces armées et de sécurité ; il l’est aussi avec la communauté internationale.

BT

Le Scorpion du 6 Juin 2012