Partager

Les deux hommes sont revenus au pouvoir par les urnes, en battant des civils populaires, issus de l’ancien régime, et, pour parachever l’oeuvre de renaissance démocratique et préserver la paix sociale, ils ont réhabilité les anciens Chefs d’Etat.

Ceux-ci étaient au nombre de sept au Bénin, contre un seul au Mali, mais qui avait fait un règne de 23 ans. Il faut ajouter qu’ATT accordait tant d’importance à cet aspect de la réconciliation nationale qu’il avait fait de la libération de Moussa Traoré le premier acte qu’il poserait s’il était élu.

Enfin, il faut dire que si Kérékou était un Stalinien pur et dur, ATT s’est proclamé président du PDS (Parti de la Demande Sociale) et a beaucoup de sympathie pour la gauche, au pouvoir au Mali depuis 1947 jusqu’au 8 juin 2002, avec le PSP, l’US-RDA, les deux régimes de GMT, la Transition et le régime d’Alpha, qui lui a transmis le témoin. Changera-t-il les choses, maintenant qu’il est l’ami du président français, Chirac, le fondateur du parti gaulliste?

En tout cas, les nombreuses relectures des textes fondamentaux, ajoutées aux réformes des textes économiques de base comme la Loi d’orientation agricole et ceux régissant le secteur privé, sans parler du NEPAD, qui s’installe en force, poussent plutôt le régime à droite.

Tous les anciens régimes communistes déchus, partout dans le monde, ont entrepris un salutaire travail de mémoire au bout duquel ils devraient aboutir à la réconciliation nationale, après des décennies d’une sanglante lutte de classes. En Russie, Boris Eltsine a dit qu’il était temps d’enterrer Lénine (physiquement) pour qu’il retourne à la terre, d’où nous venons tous.

Il est donc étonnant qu’un grand homme de notre pays, patriote incontestable (quoique communiste), ait mal pris le fait qu’ATT, par la voix d’un de son représentant et ami, ait, le 20 janvier dernier, cité Moussa Traoré parmi les officiers patriotes, alors qu’il est bien connu que celui-ci fut parmi les trois premiers officiers à quitter l’armée française pour se présenter sous les drapeaux de la nouvelle armée nationale.

Le Mali d’ATT vire à droite, camarade, et cela semble convenir aux Maliens !

I KOITA

22 février 2006.