Partager

Le Mali acquiert son premier équipement ultramoderne de contrôle de qualité de l’air

Le lundi 1er août 2016 le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable, Mme Keïta Aïda M’Bo a visité avec la presse, dans les locaux de la Direction nationale du contrôle des pollutions et des nuisances (DNACPN) un nouvel équipement de contrôle de qualité de l’air dans notre pays.

Ce camion laboratoire ultramoderne est un équipement mobile pouvant couvrir les besoins de la ville de Bamako et ses environs. Il comprend 6 analyseurs de polluants SO2, CO2, O3, no2, PM10, PM2, 5 (le dioxyde de soufre, le dioxyde de carbone, le dioxyde d’azote, l’ozone au niveau du sol, le monoxyde de carbone, la particule de diamètre inférieur à 10 micro, et les particules de diamètre inférieur à 2,5 micron). Tous ces analyseurs sont connectés à un ordinateur pour le traitement des données par jour, par semaine, par mois ou par an. Ce labo est équipé d’une station météo qui enregistre les paramètres comme la vitesse et la direction du vent, l’humidité relative et la température. Ces paramètres météo sont actualisés toutes les 10 minutes. Avec cet appareil, le Mali est désormais capable de contrôler la qualité de l’air. Ce laboratoire peut être déployé en tout point de Bamako et à tout moment. L’appareil est acquis dans le cadre du Projet sectoriel de transport phase II (PST II), un projet du ministère de l’Equipement et des Transports. Les pollutions de Bamako proviennent généralement du trafic routier, des zones résidentielles, des zones commerciales (restaurants) et des zones industrielles. En assurant l’autonomisation de cet équipement, avec une source d’électricité autonome, un véhicule pour le tracter, et une connexion Internet, notre pays dispose d’un véritable gendarme contre la pollution atmosphérique. La phase test de cet équipement est en cours. Selon le fournisseur Environnement SA, le Mali est le cinquième pays d’Afrique à disposer d’un tel équipement après le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et l’Afrique du Sud.
C’est avec une réelle satisfaction que le nouveau ministre de l’Environnement, Mme Keita Aïda M’Bo a présenté ce matériel à la presse. Selon elle, cet équipement qui est arrivé à point nommé permettra de renforcer la capacité opérationnelle de son service technique chargé du contrôle des pollutions et des nuisances (DNACPN).

CCOM/MEADD
Markatié Daou

Du 3 Août 2016