Partager


Le siège du Centre d’Etude canadien et de Coopération Internationale (CECI) a servi de cadre à une rencontre entre des respon­sables d’ONG et profession­nels de la communication et de l’agriculture. Il s’agissait de montrer comment, à partir de la promotion du beurre de karité, on peut asseoir une bonne politique de lutte contre la pauvreté, mais aussi de tracer les voies et moyens pour une grande implication des radios rurales.

La rencontre était présidée par le directeur du CECI, M. Alassane Sanogo, avec la présence du commissaire- adjoint à la sécurité alimentaire.

De l’avis du directeur du CECI, notre pays regorge de plusieurs ressources mal mises en valeur. Parmi elles, il y a le beurre produit à partir des fruits du karité.

A l’en croire, l’objectif visé par son projet est d’oeuvrer à asseoir une politique de sécurité alimentaire basée sur la communication, à travers l’utilisation de la radio rurale.

Du fait de sa très forte croissance, le secteur de la radio est considéré, par la plupart des acteurs du développement, comme un des principaux vecteurs indispensables pour ce développement.

Selon le directeur du CECI, la radio peut être un moyen très utile de contribuer à l’atteinte de la sécurité alimentaire, à condition d’être mieux connue et gérée de façon satisfaisante. Et cela, avec des actions de recherche participative et de campagne de sensibilisation, la tenue d’ateliers nationaux et internationaux.

L’initiative de recherche sur la radio rurale en Afrique a initié plusieurs actions pour l’atteinte des objectifs qu’elle s’est assignée. Cette initiative a été lancée par le réseau des radios rurales des pays en développement, en partenariat avec l’entraide universitaire mondiale du Canada.

Le Mali, le Ghana, le Malawi, la Tanzanie et l’Ouganda sont les pays concernés par l’initiative, dira M. Alassane Sanogo, avant d’ajouter que le projet dure 42 mois.

Ledit projet s’appuiera sur une recherche de l’action participative impliquant différents acteurs, et se chargera d’identifier et de documenter les meilleures pratiques d’utilisation des outils de communication basées sur la radio, pour assurer la sécurité alimentaire.

Aux dires du directeur du centre IRRRA, M. Alassane Séméga, en plus de ces objectifs de recherche, le projet comprend une composante sur le renforcement des capacités et la formation des animateurs- radio impliqués dans le projet.

Un paradoxe

« Malgré l’absence de plusieurs bassins sur le territoire national, notre pays n’est pas en mesure de satisfaire la demande de l’extérieur en beurre de Karité« , a noté le directeur du CECI, qui assure que si la promotion du beurre est assurée, il rapporte plus que le coton. C’est pourquoi le CECI, qui est présent au Mali depuis 1984, oeuvre beaucoup pour la promotion de ce produit.

Ainsi, pour participer au projet, cinq radios rurales ont été identifiées: les radios « Bandjo » de kayes, « Kamanian » de Siby, « Fanakan » de Fana, la radio rurale ORTM de Ségou, et la station FM de Zégoua.

Pour le suivi des actions sur le terrain, un comité national d’orientation -composé de 9 membres, dont le directeur du CECI- a été mis en place.

Laya DIARRA

02 octobre 2007.