Partager

Les pages culturelles féminines du Mali sont riches et pleines de références dans le domaine de l’art musical. La célèbre cantatrice Naïny Diabaté vient de créer un groupe dénommé « Kaladjoula Band », composé de sept femmes instrumentistes et chanteuses.

Qui sont les Kaladjoula Band ?

Coaché par l’infatigable Naïny Diabaté qu’on ne présente plus à travers sa voix suave. Le Kaladjoula Band est un groupe de femme instrumentistes et chanteuses maliennes. Dans ce groupe, on retrouve des grands noms tels que Kamissa Diabaté, joueuse de flûte et lauréate de la 1ère édition de Sogoma dolo, Mounessa Tandina, une instrumentiste hors pair, Lalla Diallo, joueuse du Djembé, Fatoumata Konaré, Balafoniste, Bintou Koïta, Dun dun et Madina N’Diaye unique femme joueuse de Kora au Mali, sans oublier Naïny Diabaté elle-même, chanteuse et joueuse de bolon.

Le groupe ambitionne de porter très loin la culture malienne. Il envisage de jouer le rôle de pionner et d’ambassadeur de la musique malienne. Selon la fondatrice du groupe, Naïny Diabaté, il a été créé pour une cause essentiellement féminine. » Je suis terrassée de voir que dans la majorité des groupes musicaux, la présence des femmes est insignifiante, alors que ce n’est pas la compétence qui manque. J’ai donc voulu créer cet espace pour permettre aux femmes de s’exprimer convenablement « .

Le groupe a dans son répertoire une trentaine de titres déjà prêts. Mais pour le moment quatre titres sont enregistrés dans un single qui sera disponible le 25 octobre 2013, lors du concert de présentation du groupe, prévu à partir de 21 heures, à l’institut français de Bamako.

Les thèmes traités sont entre autres le travail forcé des enfants, les enfants de la rue, le trafic d’enfants. Les porte-voix de ce groupe veulent ainsi interpeller les autorités afin qu’elles trouvent des solutions adéquates, pour éradiquer ces fléaux qui minent notre société. Elles entendent également alerter les pouvoirs publics sur les droits des femmes.

Tout semble bien parti pour le jeune groupe, d’autant plus qu’il est attendu à Paris en fin Novembre, pour participer au festival Africolor. Comme quoi la valeur n’attend point le nombre des années…

La vedette principale du groupe ‘’Kaladjoula Band » lance un appel à l’endroit des autorités et aux âmes de bonne volonté, de venir en aide au groupe. «Notre structure manque cruellement de moyens, même si nous nous débrouillons pour être ponctuelles et assidues aux répétions », indique-t-elle.

Une initiative qui fera certainement tache d’huile pour l’émancipation de la femme au Mali, car l’impact et le talent de ces femmes sont tout un espoir pour la femme de demain. De quoi rendre jaloux le groupe sudafricain «King Malatolah, Malatini girls, les Amazones de Guinée et les Cigales du sahel. Bonne chance au groupe !

Clarisse Njikam

cnjikam2007@yahoo.fr

L’Indépendant du 04Octobre 2013.