Partager

La prescription du jeûne est inscrite dans la sourate II (la vache), verset 183 du Coran. L’imam Cheikh Ayoub Sougoulé nous rappelle ce verset qui mentionne : «Vous qui croyez ! Le jeûne vous est prescrit comme il a été prescrit aux générations qui vous ont précédés – peut-être craindrez-vous Dieu».

Le jeûne est donc une pratique obligatoire pour les musulmans. Il a été prescrit aux générations qui ont précédé celle du prophète Mouhammad (psl). L’imam Ayoub a précisé que le carême fait partie des 5 piliers de l’islam dont les autres sont constitués de la profession de foi, de la prière, de l’aumône légale (zakat) et du pèlerinage à la Mecque pour ceux qui en ont les moyens.

Certains voient leur carême reporté : il s’agit des femmes enceintes, des voyageurs et des malades. Les malades incapables de jeûner sont exemptés et les personnes d’un âge très avancé doivent payer une compensation. Pour l’imam Ayoub Sougoulé, l’homme bien portant qui refuse de jeûner n’est pas musulman. A la question de savoir pourquoi certains après avoir jeûné tout un mois retournent à leurs vices, l’imam soutient que celui qui effectue normalement son carême ne devrait pas revenir aux péchés.

«Les yeux, la bouche, les oreilles doivent jeûner», a-t-il ajouté. Le jeûne devrait être suivi de la crainte de Dieu, à condition que ses prescriptions soient respectées à la lettre.

En règle générale, le jeûne conduit à l’abstinence. Un jour, nous a expliqué l’imam Sougoulé, un homme s’était présenté au prophète en lui disant qu’il voulait se marier mais qu’il n’avait pas d’argent, alors l’envoyé de Dieu lui a répondu : «jeune !». Effectivement, nous a dit l’imam, après avoir jeûné, l’homme avait perdu ses désirs. Il précise qu’il n’est pas indiqué de retourner vers les vices, après avoir jeûné.

Il a effectivement constaté qu’au début du ramadan, les mosquées sont pleines de monde. Malheureusement, l’on constate qu’au fur et à mesure que le mois de ramadan se rapproche de son terme, les lieux saints se vident progressivement de leurs occupants. A fortiori, certains jeûneurs, avec l’éloignement de la période de carême, retournent à «leurs vieux amours» en transgressant totalement les recommandations divines. A quoi leur a donc servi cette abstinence ?

Baba Dembélé

09 Septembre 2008