Partager

Pour prier en faveur de la paix au Mali, le Haut conseil islamique du Mali a organisé un grand meeting, le dimanche 12 août 2012, au stade du 26 mars. On pouvait noter la présence du chérif de Nioro du Sahel, Mohamed Ould Cheickné dit Bouyé. Le premier ministre, Cheick Modibo Diarra, le président de l’Assemblée Nationale par intérim, Younoussi Touré et des responsables de partis politiques, le Dr Omar Mariko, Me Mountaga Tall, Ibrahim Boubacar Keita, Iba N’diaye, avaient fait le déplacement. Ce fut l’occasion pour le Haut Conseil Islamique du Mali de demander l’arrêt des violences au Nord et d’inviter la classe politique et les organisations de la société civile à privilégier l’intérêt général de la nation.

Les fidèles musulmans sont venus nombreux répondre à l’appel du Haut Conseil Islamique. L’honneur est revenu à M. Ousmane chérif Madani Haïdara, 2ème vice-président du HCIM de souhaiter la bienvenue aux musulmans qui ont fait le déplacement.

Le guide spirituel des ançars a appelé à l’union de tout le monde autour de l’essentiel, c’est-à-dire le Mali. Au nom de l’IMAMA, l’imam Boubacar Camara demandé de prier pour les morts et pour l’apaisement des cœurs. Pour le compte des jeunes musulmans, Moussa Boubacar Bah, dans un discours très musclé, a fustigé le comportement du Mnla et du gouvernement d’ATT. « Après la rébellion de 1989 et de 2006 sanctionnée par l’accord d’Alger, beaucoup de membres du Mnla ont été intégré dans toutes les sphères de l’administration malienne.

Malgré tout cela, ils veulent diviser le pays. Le Mnla veut maintenant négocier avec le Mali. Si nos dirigeants l’acceptent, nous ne les pardonneront jamais. Il faut traduire le gouvernement d’ATT en justice. Et il faut tout faire pour barrer la route aux fossoyeurs de la république et aux politiciens corrompus » a martelé le bouillant président des jeunes musulmans. Il a par ailleurs demandé qu’on laisse travailler dans la sérénité le président, Dioncounda Traoré et le premier ministre, Cheick Modibo Diarra.

Quant au représentant des notables de Bamako, Modibo Niaré, il a axé son discours sur la nécessité d’arrêter les querelles politiques et de s’unir, car dira-t-il « l’union fait la force.» Dans son intervention, le président du Haut Conseil Islamique, Mahmoud Dicko dit partager l’opinion du président des jeunes musulmans, Moussa Boubacar Bah. « Ce qui nous arrive n’est pas le fruit du hasard. Cela est dû à la mauvaise gouvernance. Depuis dix ans, Aqmi et les aventuriers sont au Nord de notre pays.

Ceux qui gouvernaient le pays à l’époque sont où actuellement? Maintenant que nous voulons chercher des solutions, on voit en nous des complices d’Ançardine. C’est la conséquence de ceux qui ont érigé la corruption comme système de gouvernance. Nous, on ne trahira jamais notre pays. Ni armes, ni charia ne nous ne feront reculer » a –t-il dit.

Dans sa déclaration, lue par Khalifa Touré, le Haut Conseil Islamique demande l’arrêt des violences au Nord ; réitère son appel au calme et à la retenue ; adhère aux acquis depuis le retour à l’ordre constitutionnel ; invite la classe politique et les organisations de la société civile à privilégier l’intérêt général de la nation ; engage les pouvoirs publics à réaliser dans la transparence toute négociation d’accord avec les groupes armées et enfin engage les autorités à la concertation et l’implication des forces vives de la nation dans la mise en œuvre du reste du processus de la transition. Pour conclure, le chérif de Nioro du Sahel, Mohamed Ould Cheickné Haïdara, a procédé à la lecture de quelques sourates du Saint Coran.

MadiassaKaba Diakité

13 Août 2012