Partager


Restauration de l’autorité de l’Etat dans le district, lutte contre les atteintes aux mœurs, accidents de circulation, gestion controversée des six communes de la capitale, voila entre autres, les grands chantiers énumérés par le procureur de la République près le tribunal de la commune III, Sombé Théra qui a rappelé au Gouverneur du District, Ibrahima dit Féfé Koné et aux trois membres de son cabinet qui ont prêté hier devant cette juridiction.

Je jure de remplir mes fonctions avec dévouement et probité et de me comporter en tout lieu et en toute circonstance en digne représentant de l’Etat respectueux de la Constitution et des lois de la République». C’est par cette formule consacrée dans le décret n°96-119 P/RP du 11 avril 1996 que le gouverneur du District, Ibrahima Féfé Koné, et les autres membres de son cabinet ont prêté serment devant le tribunal de première instance de la commune III. C’était hier, au cours d’une audience présidée par Moussa Sara Diallo président dudit tribunal en présence de Mme Konté Fatoumata Doumbia, Gaoussou Ly et Issa Guindo, respectivement maire des communes I, II et IV et de leurs proches collaborateurs.

Né à San, diplômé de l’ENA en administration publique, Ibrahima dit Féfé Koné, qui a franchi presque toutes les étapes de l’administration fut nommé gouverneur du district en février 2006 par décret présidentiel après avoir été directeur de cabinet et assuré l’intérim pendant plusieurs mois.

Les membres de son cabinet qui ont aussi prêté serment sont Allaye Tessugé, directeur de cabinet, Wénégué Diarra, conseiller aux affaires administratives et judiciaires, tous deux administrateurs civil, et Ousseyni Guindo, diplômé de l’IPR de Katibougou, conseiller aux affaires économiques et financières.

Après avoir juré, ces hauts cadres qui vont assurer le destin de la capitale pendant leur mandat ont été renvoyés dans leur fonction par le président du tribunal. Celui-ci, leur a rappelé que suivant ce serment «tous les actes que vous allez poser doivent être conformes aux lois de la République».

Cependant, le procureur de la République, Sombé Théra a tenu à leur rappeler les grands chantiers auxquels ils devront faire face pour améliorer le quotidien des Bamakois. C’est ainsi qu’il dira que la prestation de serment, avec son caractère sacré, est un acte hautement juridique préalable à l’accomplissement de certaines hautes fonctions.

L’objectif recherché est de responsabiliser celui qui s’engage pour qu’il respecte les vertus de la morale, l’éthique, la responsabilité et la déontologie.

Sombé Théra d’énumérer en conséquence les grandes lignes de la mission qui attend le gouverneur et son cabinet conformément aux textes.

Dépositaire de l’autorité de l’Etat dans sa circonscription, le gouverneur se doit de la réinstaurer dans le contexte actuel marqué par son effritement. Le gouvernorat doit veiller au respect des orientations de la politique sociale du gouvernement, assurer la coordination des services et organismes déconcentrés de l’Etat, exceptés les services judiciaires.

Le procureur a attiré l’attention de l’équipe districale sur la montée des infractions relatives aux mœurs, aux accidents de la circulation et à l’insécurité grandissante face auxquels il faut des mesures idoines. Ces mesures, dira le procureur doivent être pédagogiques mais aussi de rigueur.

Le procureur en fin connaisseur des affaires de spéculations foncières dira que le gouverneur, autorité de tutelle des municipalités, doit faire face à cette situation. «La gestion controversée de ces communes doit vous interpeller à cause de nombreuses plaintes qu’elle occasionne» a-t-il dit à Féfé Koné.

Youssouf CAMARA

26 janvier 2007.