Partager

Le gouvernement gabonais a reconnu mardi avoir accusé du « retard » dans l’application du programme politique du président Ali Bongo Ondimba, au pouvoir depuis octobre, mais a promis de le « rattraper » alors que des mouvements sociaux se multiplient dans le pays. Ali Bongo avait reproché début avril au gouvernement son « absence d’actions » et l’avait menacé en Conseil des ministres « de prendre les mesures correctives nécessaires ».Le Premier ministre Paul Biyoghé Mba a rappelé l’attachement du Gabon au projet Belinga, un des derniers grands gisements de fer non exploités au monde.Le projet prévoit non seulement une mine mais aussi un complexe industriel de traitement, un barrage hydroélectrique, un chemin de fer de 250 km environ ainsi qu’un port en eau profonde à Santa-Clara, au nord de Libreville. »C’est un projet lourd et difficile mais porteur (…) Les accords avec la Chine ont déjà été signés (en 2008, ils restent secrets) Il est apparu quelques problèmes de réglage. On va s’asseoir pour rediscuter », a-t-il expliqué, soulignant que Belinga serait au centre des discussions du président Bongo en Chine où il se rendra pour l’ouverture de l’exposition universelle de Shangaï.AFP.